Critique de film

pub

Abuelitos

"Abuelitos"
affiche du film

Une maison de retraite étrange où vivent des vieux dans l'attente d'une visite extérieure salvatrice...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Abuelitos - Les papys font de la résistance
Par : Damien Taymans

Un home étrange rempli de vieillards dégingandés aux torses squelettiques qui sont gardés par des infirmières pas plus appétissantes. Quotidien banal dans ces immeubles insalubres. Un bain dans une bassine remplie d’un liquide gluant, quelques gestes mécaniques pour toute toilette. Des rations qui s’épuisent à vue d’œil. Un mince espoir survient : l’arrivée inattendue d’une petite fille dont la fraîcheur et l’innocence contrastent avec ces squelettes difformes. Une enfant qui devient rapidement la clé de leur survie…

Abuelitos (dont le titre signifie littéralement grands-pères) est la première incursion dans le genre de l’Espagnol Paco Plaza qui se forgea une réputation solide dans le milieu grâce à son lycanthropique L’enfer des loups et, plus récemment, le fabuleux Rec, film de trouille co-réalisé aux côtés de Jaume Balaguero. Remarqué au BIFFF en 2000, le court-métrage séduit et remporte même le Prix Canal + de l’édition. Atmosphérique à l’excès, cet essai contient déjà en lui les germes du style de Plaza, à la fois expositif et ténébreux, descriptif d’un environnement singulièrement décalé. Les couloirs de l’hôpital teintés de vert et dénués de toute décoration attestent dès l’entame du métrage de la volonté du réalisateur d’imprégner les mirettes du spectateur de cette ambiance malsaine, presque anxiogène, dans laquelle évoluent ces pantins cadavériques aux motivations encore secrètes. Les déhanchements d’une extrême lenteur des vieillards accompagnés de leur fidèle baxter à roulettes contenant un liquide verdâtre appuyés par les bips lancinants d’un potentiel électrocardiogramme, les gémissements d’un des pensionnaires lors de son ablution quotidienne, les plaintes d’un autre quant à son état de famine, les imperméables caoutchouteux des gardiennes leur donnant l’apparence de prêtresses sectaires, des détails travaillés qui plongent dans un cauchemar irréversible avant l’arrivée inopinée d’un messie improbable dont la fonction sera peu à peu dévoilée.

Abuelitos compense sans mal sa thématique floue et ses visées scénaristiques douteuses par le truchement d’une atmosphère poisseuse dont la perfection n’a d’égal que la splendide photographie chargée de la rendre. Sans cesse sur le fil, le court questionne, interroge avant de laisser le pauvre hère dubitatif quant à ses motivations profondes. Un tour de force atmosphérique qui contraint au respect à l’instar des essais naturalistes de Cerda...

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 27271 photo 27272
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage