Critique de film

pub

Asmodexia

"Asmodexia"
affiche du film

Cinq jours de la vie d'un exorciste et de sa petite-fille, dans la région de Barcelone

pub


Trailer - Asmodexia (2014)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Asmodexia - Le jour des Bêtes
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2014

Eloy de Palma, exorciseur chevronné, sillonne l’Espagne en compagnie de sa petite-fille Alba pour aider les possédés à se libérer du facétieux Malin. Et le tandem a du pain sur la planche vu que les rumeurs d’Apocalypse se font de plus en plus pressantes et que les cas de possession se multiplient plus rapidement que la poiscaille lors de la pêche miraculeuse. Comme dans toute ambiance pré-apocalyptique, le pays est secoué par des siphonnés du ciboulot qui attendent impatiemment la venue de l’Antéchrist et qui ont confié au Mister Minit du coin le soin de concevoir des clés sur mesure pour ouvrir les portes des ténèbres...

Avec ce premier long-métrage, présenté en avant-première mondiale à la 32ème édition du BIFFF, Marc Carreté dévoie des plates-bandes traditionnelles du film d’exorcisme et appuie sur l’accélérateur pour un road-movie décapant qui entraîne le spectateur aux quatre coins du pays pour bouter hors d’Hispanie un beau Diable venu y bâtir quelques châteaux pour asseoir sa future domination. En filigrane se joue un autre devoir, de mémoire cette fois : Alba, à mesure du récit, tire le fil d’Ariane de sa mémoire lacunaire et remonte à un événement majeur de son enfance, source même du fléau à venir. Avec son lot de personnages fracassés du bulbe et de situations aussi cocasses qu’inquiétantes, Asmodexia envisage la fin du monde avec assez de second degré que pour rappeler le cinéma d’un autre Ibère, Alex de la Iglesia, lequel a déjà épuisé le filon au fil de sa filmo (Le Jour de la Bête, Les Sorcières de Zugarramurdi). Mais l’art de "terrir" repose sur un délicat équilibre entre les deux facteurs (horrifique et humoristique) et le tandem de scénaristes, Carreté et Hostench (organisateur du festival de Sitgès), se prend de temps à autre les pieds dans le tapis en se montrant davantage frileux que leur illustre aîné.

Ce refus de la démesure tue dans l’œuf toutes les bonnes idées mises en place dans ce road movie plutôt riche en situations foutraques hélas rarement poussées jusqu’à la folie pure.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 44976 photo 44977 photo 44978
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage