Interviews

Axelle Carolyn Marshall (Doomsday)

27 mars 2008 | Par : Damien Taymans

Axelle, marraine, ô ma reine !






Pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel ?

A la fin de mes études, j’ai eu l’occasion de me lancer dans le journalisme de cinéma pour Fangoria, le magazine américain le plus célèbre dans le genre. C’était une occasion en or de découvrir le milieu. A partir de là, j’ai commencé à écrire pour d’autres magazines, puis progressivement des livres sur le cinéma d’horreur, et maintenant de la fiction. Cela m’a permis de voyager partout dans le monde pour visiter des plateaux et des festivals. En parallèle, j’ai aussi travaillé pour plusieurs maisons de production à Londres, assuré la publicité de deux films, découvert les effets spéciaux de maquillage et commencé à apparaître devant la caméra.

Quelles relations entretenez-vous avec le BIFFF ?

J’y vais chaque année fidèlement depuis 12 ou 13 ans, malgré le fait que je n’habite plus en Belgique depuis des années. Comme bénévole, puis comme abonnée, puis comme membre de la presse, et maintenant comme invitée. C’est le meilleur festival fantastique à ma connaissance (et j’en ai visité pas mal !) et il a largement contribué à ma passion pour le genre, et mon choix de carrière.

Collaborez-vous toujours avec des magazines comme L’écran fantastique, Fangoria ou SFX ?

Oui, bien que moins souvent. Entre mon travail sur plateaux ou auprès de Neil, mes livres et ma colonne sur IGN, je n’en ai malheureusement plus l’occasion aussi souvent qu’avant.

Comment est survenue la rencontre avec Neil Marshall ?

Je l’ai interviewé ! Je me souvenais avoir vu Dog Soldiers au BIFFF 4 ans plus tôt et je venais de voir The Descent en DVD, donc quand j’ai eu l’occasion de l’interviewer, j’ai tout de suite accepté. Après l’entretien, je lui ai donné ma carte, comme je le fais toujours. Le lendemain même, j’ai eu la surprise de recevoir un message de lui. Nous avons correspondu par email pendant plus de deux mois avant de nous revoir, et pendant ces deux mois, on s’est découvert plein de goûts communs…

Fan de genre de la première heure ? Quels sont vos modèles en matière de réalisateurs ?

Fan depuis toujours. Stephen King a autant participé à mon éducation que n’importe lequel de mes professeurs. Comme réalisateurs, à part Neil Marshall… David Cronenberg, Paul Verhoeven, John Carpenter, Guillermo Del Toro…

Quelques films de genre comme références ?

Re-Animator, The Fly, Return of the Living Dead, The Devil’s Backbone, A Nightmare on Elm Street, Whatever Happened to Baby Jane ?

Vous écrivez un livre intitulé « It lives again ! ». Pouvez-vous nous en dire plus ?

« It Lives Again ! » est une étude de l’évolution du genre depuis l’an 2000 : les films les plus marquants, les nouveaux talents, les tendances principales… J’essaie aussi de mettre en parallèle ces tendances avec les événements que le monde a connus ces dernières années, pour voir si l’évolution de la société se reflète dans le cinéma d’horreur. Ca a l’air très prétentieux comme ça, mais c’est en fait accessible à tous, et il y a des dizaines d’interviews. Le livre devrait sortir au plus tard début de l’année prochaine. L’éditeur est anglais, Telos Publishing.

Quel était votre rôle sur le film Doomsday ?

A l’origine, mon rôle se limitait à écrire un journal de la production, qui a depuis servi d’outil promotionnel. Mais lorsque Paul Hyett, le responsable des effets spéciaux de maquillage, qui avait déjà travaillé avec Neil sur The Descent, est arrivé en Afrique du Sud juste avant le début du tournage, je l’ai entendu dire qu’il manquait de collaborateurs. La production avait sous-estimé le nombre d’effets exigés par le scénario. Les effets de maquillage m’ont toujours passionnée, et bien que je n’avais pas d’expérience professionnelle, j’en avais déjà réalisés comme hobby. Paul m’a proposé de m’apprendre certains effets pour que je puisse l’assister, et j’ai saisi cette occasion de gagner mon premier crédit comme maquilleuse professionnelle. J’ai pu trancher des têtes, rendre des gens malades… C’était extraordinaire. Et puis, j’ai aussi eu l’occasion de porter le maquillage de malade à l’écran pour l’une des deux petites apparitions que je fais dans le film – l’autre est l’un des punks que l’équipe rencontre à Glasgow.

Avez-vous comme ambition de rester dans les films de genre ? Uniquement pour le maquillage ou pour d’autres postes également ?

Oh oui. Le fantastique, c’est ma passion. Je ne me vois pas faire autre chose. Avant tout, j’aime écrire : des romans fantastiques pour le moment, mais je me vois bien passer aux scénarios. J’aimerais aussi continuer les effets spéciaux ; je devrais d’ailleurs travailler à partir de mai sur un autre tournage important. Et puis, Doomsday m’a donné l’envie de repasser devant la caméra. J(ai depuis acquis un peu plus d’expérience en tant qu’actrice, avec des petits rôles ou des courts métrages.

Vous êtes actuellement chroniqueuse pour un site de cinéma IGN… Si vous deviez faire la critique de Doomsday, vous en diriez quoi ?

J’écris très peu de critiques ; je préfère les analyses plus larges, ou les reportages. Sur IGN, les films dont je parle sont des prétextes pour des discussions plus larges, comme l’évolution du film de zombie pour Diary of the Dead, ou le retour du slasher pour Hatchet. Mais si je devais parler de Doomsday, je dirais que c’est un hommage assumé aux films avec lesquels Neil a grandi. C’est du pur « entertainment », excitant, qui n’a d’autre but que de vous faire passer un excellent moment. Et à cet égard, c’est une réussite totale ! Je l’ai vu pas mal de fois, comme vous l’imaginez, et si vous y ajoutez le nombre de fois que j’ai lu le script, et le fait que j’ai passé plus de 3 mois sur le plateau, je le connais plutôt bien… mais je ne me suis pas encore lassée de le regarder !

Envisageriez-vous de venir en Belgique pour un projet cinématographique quelconque ?

Oui, pourquoi pas ? J’avais écrit un scénario il y a quelques années qui avait été optionné par une compagnie belge, mais à l’époque, ça n’a mené à rien. Mais ne serait-ce que pour ce projet-là, la Belgique serait parfaite.

Que pensez-vous du renouveau du cinéma de genre francophone ?

C’est un phénomène fascinant, tout à fait inattendu, qui a révélé quelques talents très prometteurs : Alexandre Aja évidemment, mais aussi Julien Maury et Alexandre Bustillo (A l’Interieur), Eric Valette (Maléfique), ou en Belgique, Fabrice du Welz (Calvaire). Je suis très curieuse aussi de voir Eden Log de Franck Vestiel au BIFFF… Ce qui est dommage, c’est que ces films ne connaissent pas un plus grand succès en France et en Belgique, et ne reçoivent jamais plus que des budgets très limités. J’ai récemment écrit un article à ce sujet sur IGN… On ne fait rien pour arrêter l’exode vers Hollywood !

Quelle est votre plus belle rencontre (hormis Neil bien entendu) ?

Pas facile de choisir… Il y en a tellement ! Il y a ceux qui sont devenus des amis : Mick Garris, Mike et Oakley Mendez, Ryan et Theresa Schifrin, Eli Roth, Jeff Lieberman.... Ou ceux qui m’ont aidée à me lancer, comme Brian Yuzna. Et puis, il y en a d’autres dont j’ai toujours été fan : l’année passée, Neil et moi avons par exemple eu la chance de dîner avec John Carpenter. On était morts d’admiration…

Interview réalisée par Damien (avec la collaboration de Gore Sliclez et Uncle Sam’s

Commentaires

comment6, viagra uk over the counter, dyak, buy priligy, :-D, buy finpecia, 8[[[, vpxl, xynf, viagra alternatives over the counter, 0764,

7 décembre 2010 | Par jonn1

Chouette site, je vous remercie pour les conseils, et notez tout d’abord que je suis pleinement d’accord... Permettez-moi d’insister, oui votre travail est vraiment bon, je songeais à tout ça en + y’a pas si longtemps... PS : D’ordinaire je ne réagis jamais sur les blogs, même si leur contenu est excellent, mais là le vôtre méritait pleinement mes compliments !

méthode d’anglais
26 mai 2010 | Par Grïgor

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jumanji: Bienvenue dans la jungle
2017
affiche du film
Revenge
2017
affiche du film
Annabelle 2: la création du mal
2017
affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage