Back to the feature

BACK TO THE FEATURE

13 août 2009 | Par : Gore Sliclez

Ghostbusters 2

Avec plus de 130 millions de dollars de recettes en 1984 et une chanson générique vendue à plus de 27 millions d’unités (Ray Parker Jr), Ghostbuster fut sans conteste l’évènement cinématographique de l’année 1984. Un tel succès exigeait presque une suite mais celle-ci prit du temps à se concrétiser pour de multiples raisons avant d’enfin déboucher sur nos écrans en cette fin décembre 1989, coupant ainsi l’herbe sous les pieds des producteurs d’un autre deuxième opus très attendu pour les fêtes de fin d’année : Retour vers le futur 2.

Toujours issu de l’imagination débridée des deux comparses humoristes que sont Dan Aykroyd (bien aidé par son ami défunt John Belushi) et Harold Ramis, SOS Fantômes 2 sera une nouvelle fois conduit par le slovaque d’origine, Ivan Reitman pressenti pourtant à l’époque pour réaliser Batman. L’occasion pour le réal de redorer son blason après un pitoyable Twins (1988) qui scella sa collaboration avec Arnold Schwarzenegger pour une série de nanars indigestes de la même veine (Un flic à la maternelle, 1990 et Junior, 1994).

“Au coup de minuit, pour le Réveillon de la dernière décennie du 20e Siècle, une ville américaine devra payer pour la méchanceté des habitants”. Cinq ans après le combat épique contre le dieu Sumérien Gozer et son armada d’ectoplasmes qui leur a permis de délivrer New York des fantômes (souvenez-vous dans le final du combat contre ce Bibendum Chamallow géant) et de devenir de véritables héros désormais oubliés, la fine équipe des chasseurs de fantômes est de retour. C’est la belle et volcanique Dana Barrett (Sigourney Weaver) qui va permettre à la petite bande de se reformer. Car la belle a été victime d’émanations perturbatrices issues du sous-sol de la ville. Le slime, une substance gélatineuse (sorte de pudding rose) issue de la concentration excessive d’émotions négatives, se répand à travers les fissures de la chaussée et provoque de bizarres manifestations. Sur son lieu de travail, Dana constate également qu’un tableau, représentant le seigneur Vigo, semble projeter lui aussi des ondes maléfiques. L’équipe de SOS Fantômes se doit de réagir !

Sous la houlette de l’incontournable Dennis Muren, déjà aux commandes la même année pour Abyss, le film fait donc une nouvelle fois la part belle aux effets spéciaux (on peut y dénombrer pas moins de 200 effets visuels) gentillement qualifiés aujourd’hui de classiques mais toujours aussi efficaces et séduisants, vingt ans après. Entre hommage au cinéma fantastique des années 50 et graphisme aux couleurs pastel digne des années 80, Ghostbusters 2 réussit là où on l’attend, c’est-à-dire dans le divertissement sonore et visuel qui en met plein les mirettes et fait passer un délicieux moment kitsch, sympathique voire hilarant au vu de quelques scènes franchement bien écrites. Quel pure plaisir de revoir cette bande de joyeux drilles qui ne se prend pas au sérieux, ces gueules typiquement eighties désormais disparues du grand écran pour certains (Aykroyd, Ramis, Ernie Hudson voire la sexy Sigourney Weaver qui devrait signer un retour sous peu) ou plus rares comme l’incontournable Bill Murray dont on attend avec impatience Zombieland ! Pourtant rejeté par ce dernier (“il y avait beaucoup de boue et pas beaucoup de nous”) et malgré un effet de surprise quelque peu émoussé, ce deuxième opus n’a pourtant rien à envier à l’original sur le plan de l’action, des péripéties et du rire, le tout avec ce même détachement ironique qui fit la réussite du premier opus.

Il faut les voir ces superstars du supranaturel un peu spéciaux en tenues grotesques (“gonflez vos poitrines les gars, nous sommes les SOS Fantômes”) et dans leur voiture aux mille phares multicolore combattre à coups d’aspirateurs ces esprits venus envahir la ville. Comme ce Titanic débarquant ses passagers dans le port de New York que ne peut s’empêcher de commenter un professeur par un “mieux vaut tard que jamais” ! Ou mieux encore, cette statue de la Liberté, brisant son socle, traversant la rivière et se promenant dans le centre ville.

En attendant, préparez vous à réentendre le morceau de Ray Parker Jr envahir les ondes radio à l’approche du troisième épisode annoncé pour 2012 et qui devrait nous replonger dans cet univers lourdingue mais ô combien sympathique de ces Monsters Killers.

TRAILER

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Mercy Christmas
2017
affiche du film
Cargo
2017
affiche du film
Satan's Slaves
2017
affiche du film
The Thousand Faces of Dunjia
2017
affiche du film
La Femme la plus assassinée du monde
2018
affiche du film
Trench 11
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage