Back to the feature

BACK TO THE FEATURE - Gore save the scream

18 juin 2010 | Par : Chroniqueurs

Slasher

Par Nicore

L’œuvre

C’est d’Allemagne que nous vient ce Slasher au titre résumant bien la situation puisque le métrage verse inévitablement dans le "slasher" pur et dur autour d’une intrigue en apparence terriblement classique et qui n’arrive à se démarquer un minimum dans sa seconde partie avec un twist bien simpliste, tout en étant au final quand même bien sanglant et par contre assez porté sur un aspect sexy bien présent.

Pitch à gore

Le script suit une bande de jeunes qui va passer un week-end dans les bois pour s’amuser, sans se douter que dans les parages rôde un tueur sanguinaire.

Gore à gore

Le premier meurtre de l’introduction est déjà bien expansif puisque la jeune victime à moitié nue reçoit un méchant coup dans l’abdomen, qui est visualisé plein cadre.

Plus loin, la visite de l’antre du tueur nous réserve quelques surprises gore avec par exemple cette victime en piteux état, cette visite se terminant en plus par le meurtre le plus déviant du métrage.

Sang pour sang ?

Le métrage commence de façon on ne peut plus classique en laissant une séquence d’introduction mettre en avant deux tourtereaux, qui, isolés dans les bois, vont commencer à batifoler sous l’œil d’une caméra subjective indiquant la présence d’une troisième personne qui se révèle être le maniaque du film, un lourdaud qui taillade la demoiselle avant de courser et de tuer le jeune homme, pour quelques gros plans sanglants assez rudimentaires. Cette entame résume bien les intentions du film, un brin d’érotisme avec cette jeune femme se déshabillant devant la caméra et du gore avec ce premier massacre hélas pas aussi marquant que prévu malgré une volonté affichée de la part du réalisateur de se montrer graphique pour cette première mise à mort.

Ensuite l’intrigue va nous présenter ses personnages principaux, six jeunes étudiants se préparant à partir en week-end après les cours (avec au hasard une prof en psychologie qui leur aura parler des tueurs en série en notamment d’un carnage récent), pour d’abord aller à une fête où l’un d’eux, Tom, va "lever" une demoiselle, Maya, qui bien entendu sera du voyage. Cette présentation n’arrivera pas du tout à rendre les différents protagonistes attachants ou même sympathiques avec des stéréotypes alignés sans aucune recherche (la séquence dans le supermarché en sera un bien navrant exemple) afin de mettre en avant des personnalités classiques et sans aucune profondeur, tandis qu’un second double meurtre viendra entretenir nos espérances en étant toujours un peu sanglant et en avançant une autre demoiselle guère farouche. L’arrivée à destination passera d’abord par la traditionnelle rencontre avec des bouseux dégénérés vivant dans une ferme reculée (histoire de placer quelques faciès effrayants et grotesques à l’écran) et nos jeunes vont commencer à se payer du bon temps sans que le spectateur ne soit impliqué dans leurs activités festives, avec à peine un léger regain d’intérêt lorsque les personnages, assis devant un feu de camp, vont écouter l’un d’eux raconter une horrible histoire (visualisée sans pour autant nous gratifier de plans réellement gores) et finalement converser quelque peu autour du thème du "slasher" au cinéma. Heureusement, le réalisateur attrapera au vol chaque opportunité pour s’attarder sur la plastique des jeunes actrices, pendant une baignade, puis pour filmer un ébat entre Tom et Maya de manière assez osée, ébat qui sera justement espionné par l’un des demeurés rencontrés auparavant et qui finira mal sous les coups du tueur.

En toute logique l’intrigue va s’arranger pour disperser quelque peu les personnages, Tom et Maya décidant d’aller explorer les environs pour tomber sur une baraque apparemment abandonnée et qui bien entendu sera celle du meurtrier qui se fera un plaisir de tuer Tom (le crâne écrasé dans un étau) avant de s’occuper de Maya pour l’une des seules idées déviantes du film, et du coup les autres vont à la nuit tombée partir à la recherche du couple disparu pour ainsi eux aussi faire les frais de rencontres avec le tueur pour alors opérer un revirement de situation qui débouchera sur une seconde partie vaguement plus originale en apparence et plus orientée "survival" avec en prime une double révélation finale assez cocasse.

Bien entendu, le métrage ne brillera pas par son originalité, avec ce script vraiment basique et guère fignolé dans ses détails ou ses situations vues et revues (avec l’inévitable panne d’essence, les portables qui ne captent aucun réseau…), des personnages stéréotypés à outrance et surtout avec ce tueur au look croisé entre celui de Michael Myers (pour le masque anonyme) et Leatherface pour son tablier et l’utilisation répétée de la tronçonneuse pour découper et poursuivre ses victimes, tout en prenant la pose de manière guère crédible pour par exemple s’arrêter plusieurs fois afin de découper des arbustes qui ne gênaient pas franchement le passage en pleine course-poursuite avec une des survivantes.

Le métrage sera donc régulièrement sanglant pour mettre en avant différentes mises à mort heureusement variées dans les ustensiles utilisés mais jamais le réalisateur n’ira trop loin dans les plans gores pour même laisser le hors-champ s’imposer parfois et ne pas verser dans une véritable surenchère qui aurait été la bienvenue dans un tel contexte, tranchant de fait avec la réputation des "splatters" allemands généralement bien plus généreux à ce niveau-là. Mais malgré tout, quelques scènes seront appelées à devenir quand même largement graphiques, sans outrance mais en mettant en avant un minimum de sadisme et de déviance à connotation sexuelle.

Et justement, l’aspect sexy du film sera par contre assez expansif, sans pour autant tomber dans un véritable érotisme, mais les actrices ne seront pas farouches pour se déshabiller très facilement, avançant ainsi de bien jolies poitrines et cet ébat sexuel visualisé le sera de manière frontale et presque insistante, tandis que toutes les occasions seront bonnes pour enlever certains vêtements (comme cette rescapée blessée au bras qui ne trouvera rien d’autre pour se faire un bandage que son tee-shirt, la laissant alors poursuivre sa route en soutien-gorge blanc (bientôt maculé de sang…). Et évidemment, ces jeunes auront l’esprit résolument tourné vers le sexe, mais ils ne seront pas les seuls puisque les dégénérés rencontrés au cours de la première partie du film seront bien pervers.

L’interprétation est cohérente, sans surjouage, mais sans réelle saveur et la mise en scène de Frank W. Montag sera assez stylisée pour nous offrir des plans et des prises de vue originaux en plaçant notamment la caméra dans des endroits surprenants, tout en laissant les effets en caméra subjectives remplir leur rôle de manière plutôt efficace. Les effets spéciaux sont presque probants pour laisser l’aspect sanglant être visualisé de manière souvent crédible et assez réaliste, même si certains gros plans ne tiendront pas franchement la route et alors que le maquillage du tueur sous son masque sera également bien trop visible pour paraître réel.

Slasher se suivra facilement et sans ennui grâce à un rythme vif, mais hélas ne se montrera pas aussi volontaire et graphique que prévu pour de la sorte laisser en partie sur sa faim l’amateur de gore allemand généralement plus prolixe mais quand même le film comportera son quota de plans sanglants plus que volontaires !

Trashothèque

Le film vient d’être édite en zone 1 par "Unearthed Films" mais est également disponible en zone 2 sous l’impulsion de "KSM".

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Halloween
2018
affiche du film
The Night Comes for Us
2018
affiche du film
The Predator
2018
affiche du film
La Nonne
2018
affiche du film
L'Homme qui tua Don Quichotte
2018
affiche du film
The Inhabitant
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage