BIFFF 2018

BIFFF 2018 - Jungle : la métamorphose de Daniel Radcliffe

Petit Potter est devenu grand... et talentueux !

Tout le monde connaît son visage, tout le monde l’aime ou le déteste, toute une génération a été biberonée jusqu’à l’overdose avec son rôle de sorcier : il est tellement facile d’évoquer la destinée de Daniel Radcliffe, enfant star, ado décrié et désormais adulte qui passe généralement inaperçu.

Et pourtant, l’homme a signé, avec Swiss Army Man l’an dernier, la prestation la plus aboutie de sa jeune (si si !) carrière et ne compte visiblement pas s’arrêter en si bon chemin, évitant clairement l’univers des blockbusters où il serait utilisé comme tête d’affiche pour s’adonner à sa passion avec des réalisateurs de confiance. C’est sans doute cela qui l’a fait signer chez l’excellent Greg Mclean au moment d’aborder le tournage de Jungle, œuvre projetée hier dans le cadre du BIFFF 2018.

Si le métrage en lui-même revêt un charme bien particulier et fait preuve d’excellence tant au niveau de sa photographie que de ses incroyables décors, tandis que McLean se plaît à filmer une aventure hors-norme, c’est la prestation de Daniel Radcliffe qui, une nouvelle fois, nous interpelle.

Juste dès le début du film, bénéficiant de la caractérisation au scalpel de son personnage, l’acteur fait preuve d’un sérieux et d’une maîtrise plutôt incroyable pour un comédien de tout juste 28 ans. Charismatique et torturé dans la première partie du film, son personnage devient la pierre angulaire du récit orchestré par McLean et est l’objet de toutes les attention dans la seconde partie du film. Physiquement proche de l’agonie - comme Radcliffe qui avait, pour ce faire, suivi un régime drastique -, le protagoniste met en valeur tous les dangers de la nature et permet au cinéaste de prouver la force de celle-ci.

Outre des effets de maquillages particulièrement aboutis, c’est bien le jeu de Radcliffe lui-même qui fait la différence, ce dernier n’effectuant aucune fausse note dans son long chemin de croix et ce jusqu’à un final qui avait tout du piège au niveau de l’acting. Très sobre lors de celui-ci, le comédien ajoute une dimension encore supérieure à son rôle. Une prestation stratosphérique qui en appelle bien d’autres et qui hisse celui que beaucoup considèrent encore comme le petit Potter au statut d’acteur de très grand talent.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
L'île aux chiens
2018
affiche du film
Vidar the Vampire
2017
affiche du film
The Man with the magic box
2017
affiche du film
Downrange
2017
affiche du film
Killing God
2017
affiche du film
Avant que nous disparaissions
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage