BIFFF 2018

BIFFF ON STREAM - Downrange

Samuël TubezGIF

Downrange est probablement le film le plus mineur de Kitamura. Son scénario high concept joue la carte du minimalisme, n’évite pas les incohérences et met en scène des personnages particulièrement insupportables (et mal interprétés). Un tronçon de route, une bande de jeunes accros aux smartphones et un sniper suffisent néanmoins au réalisateur à livrer un jeu de massacre joyeusement gore. Il faut prendre Downrange pour ce qu’il est, à savoir une série B décomplexée et jusqu’au-boutiste au final particulièrement croustillant, et parsemé de moments (et de mouvements de caméra) fous, marques de fabrique du cinéaste.

Quentin Meignant

Si Kitamura nous avait déjà souvent habitué à un parcours en dents de scie, là, il vient carrément de péter sa lame ! Downrange sera sans doute à classer dans les plus gros navets de ce BIFFF 2018, tant sa crétinerie abyssale, ses erreurs scénaristiques de débutant et une mise en scène totalement foutraque poussent le bouchon trop loin. Ajoutons à cela une photo flashy, un final totalement improbable et il n’y a plus rien à jeter : ce film était fait pour une séance tardive au BIFFF !

Sébastien Brunclair

Le voici, le premier gros navet de ce BIFFF 2018 ! Si Downrange était le premier film de son réalisateur, on pourrait se montrer relativement indulgent. Mais Ryûhei Kitamura (Midnight Meat Train, Godzilla:Final Wars) est loin d’en être à son coup d’essai, ce qui ne l’empêche pas de se planter lamentablement. Direction d’acteurs à la ramasse, effets de mise en scène ringards, scénario d’une crétinerie absolue : rien ne nous est épargné. Heureusement, le public était survolté ; il fallait bien ça pour se maintenir éveillé.

Alan Deprez

Peu aidé par des personnages ultra stéréotypés, le petit jeu de massacre de Kitamura tourne très vite en rond et aurait gagné à s’étaler sur la durée d’un court-métrage de 20 minutes. Je l’avais volontairement raté au PIFFF, mais l’ambiance du BIFFF rattrape le coup et aide à passer un bon moment.

Damien Taymans

La séance bidonnage du jour : Downrange fonce droit dans le mur à chaque virage et plonge à toute force dans chacun des écueils dressés sur sa route. A telle enseigne qu’on en vient à se demander si Kitamura n’aurait pas envisagé un temps le second degré pour traiter son œuvre. Scénar’ famélique, caractérisation pauvre et mise en scène aux effets outranciers : tout ce que le cinéma peut amener de pire... Reste une idée un peu amusante mais elle arrive en queue de métrage.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Mercy Christmas
2017
affiche du film
Cargo
2017
affiche du film
Satan's Slaves
2017
affiche du film
The Thousand Faces of Dunjia
2017
affiche du film
La Femme la plus assassinée du monde
2018
affiche du film
Trench 11
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage