BIFFF 2018

BIFFF ON STREAM - Ederlezi Rising

Quentin Meignant

L’inutilité faite film. Certes, les images sont magnifiques et quelques plans de l’espace valent clairement le détour visuellement, mais avec une histoire pareille, il ne fallait pas s’attendre à vibrer. Tout y est tellement prévisible et tiré en longueur que cet Ederlezi Rising constitue l’un des plus looooongs moments de ce festival.

Alan Deprez

Un film de S-F serbe est un spécimen rare. Comment y résister s’il s’avère classieux, sensuel et envoûtant, en dépit de son maigre budget. Alors, si en plus, il est traversé de visions fantasmatiques de la divine Stoya (excellente actrice, n’en déplaise à ceux qui dénigrent systématiquement les stars de l’industrie pour adultes)... n’en jetez plus !

Damien TaymansGIF

Cette œuvre de science-fiction serbe au production design convaincant nous convie à un voyage proprement sidéral en compagnie de la belle Stoya. On regrettera l’entêtement des auteurs à recycler à l’envi les mêmes gimmicks et à développer de bout en bout une histoire assez rasoir...

Ah, désolé... Coup de fil de Katia Olivier et menace de cravache... bon... Où en étais-je ?

Damien Taymans

Ederlezi Rising est une œuvre honteuse en 2018. Traiter la femme avec tant d’irrespect et de condescendance est inimaginable. Ici, Stoya campe une "poupée" comme métaphore de la condition féminine exploitée par la gent masculine. L’homme, d’ailleurs bourré de testostérone, la traite comme une connasse. Or, une connasse, étymologiquement, c’est un vagin sale... Vous voyez où je veux en venir ? Ce film traite la femme, cet être divin, comme une vulgaire bête sans âme. Un peu comme dans les films d’Alan Deprezovic... (NB : C’est mal me connaître, Damien. J’aime trop les femmes que pour les traiter de la sorte - Alan -)

Ah, excusez-moi, décidément... Les producteurs serbes viennent de me contacter. Bon...

Damien Taymans

Attention : chef-d’œuvre ! Y a de l’action, de l’ampleur, une actrice canon et des effets incroyables. Même que j’ai passé un très bon moment. Même que 2001 de Kubrick, c’est pas terrible à côté. Même que Star Wars, c’est pas bien non plus. Vive Ederlezi !

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Inhabitant
2017
affiche du film
Cutterhead
2018
affiche du film
Freehold
2017
affiche du film
Hérédité
2018
affiche du film
Return to Return to Nuke 'Em High Aka Vol. 2
2017
affiche du film
Jurassic World: Fallen Kingdom
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage