BIFFF 2019

BIFFF ON STREAM - Finale

Damien Taymans

Conçu comme un spectacle, le métrage offre son comptant de sursauts arrosés d’un baquet de raisiné, même si l’on peut lui reprocher de tirer parfois trop sur des ficelles élimées et de ne pas s’offrir l’une ou l’autre folie. Pour sa première réalisation, le producteur Søren Juul Petersen (Webmaster, Skavengers) vise juste et précis, suffisamment pour provoquer quelques sursauts et autres moues de dégoût chez les spectateurs venus frémir en séance de minuit...

Quentin MeignantGIF

Ne pas vouloir sombrer dans le torture porn pur et dur est une idée plus que louable mais transformer l’ensemble de son script pour en offrir une narration éclatée l’est nettement moins. Plus difficilement lisible et fait de hauts et de bas au niveau de la tension, Finale offre de très beaux moments gore mais souffre d’une grosse arythmie.

Note de l’auteur : Voir le Danemark en finale d’un tournoi footballistique majeur de nos jours, les gars ont sans doute voulu faire un film de science-fiction.

Sébastien BrunclairGIF

Le show morbide fait son petit effet, mais le choix de la narration parallèle en flashback alourdit terriblement le film et, pire encore, le prive de réelle tension. Nul doute qu’avec une construction classique, bien plus adaptée ici, Finale aurait pu se montrer sacrément plus efficace.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage