BIFFF 2018

BIFFF ON STREAM - I Kill Giants

Samuël Tubez

Entretenant plus d’un point commun avec A Monster Calls, I Kill Giants n’a néanmoins pas la puissance émotionnelle de la perle de J.A. Bayona. Sa protagoniste attachante et sa mise en scène soignée en font néanmoins un joli drame faisant la part belle à l’imaginaire et la créativité comme échappatoire de la dure réalité.

Alan DeprezGIF

L’œuvre d’Anders Walter n’embrasse pas totalement ses arguments fantastiques ou propres à la fantasy - qui, en définitive, ne constituent qu’une portion congrue du film -, pour privilégier les affres de la (pré)adolescence et les douleurs familiales de son héroïne. Le résultat est peut-être (sans doute ?) trop intimiste pour une séance de 20h30 du BIFFF (je l’ai vu lors de la première de ses deux séances-ndr)... sauf pour les cœurs d’artichaut comme Serge Adeline (qui se reconnaîtra).

Sébastien Brunclair

Le marketing trompeur risque d’en refroidir plus d’un. Non, I Kill Giants n’est pas un film d’action épique, il en est même l’opposé total. Chronique adolescente sensible et juste, cette adaptation d’un comic book de Joe Kelly (qui signe lui-même le script) se révèle très attachante. C’était sans compter sur un épilogue raté en tout point, venant gâcher la fête tel un géant en furie.

Quentin MeignantGIF

Un drame dans la lignée de Quelques minutes après minuit (que je n’avais pas apprécié en son temps). C’est assez long et convenu, mais cela a le mérite d’être visuellement très abouti.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Halloween
2018
affiche du film
The Night Comes for Us
2018
affiche du film
The Predator
2018
affiche du film
La Nonne
2018
affiche du film
L'Homme qui tua Don Quichotte
2018
affiche du film
The Inhabitant
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage