BIFFF 2018

BIFFF ON STREAM - Man Divided

Samuël Tubez

En 2095 il n’y a plus d’eau potable et il est possible d’envoyer son double (ou sa moitié, si vous préférez) dans le passé. Un agent s’y rend pour retrouver les notes soit disant révolutionnaires d’une scientifique. Mais attention de ne pas s’empêtrer dans les boucles temporelles ! L’enjeu, pourtant d’importance sur le papier, ne se fait jamais ressentir, aucune émotion ne pointe à l’horizon (l’acteur principal étant aussi expressif qu’un krill) et le rythme incroyablement plat ne font jamais décoller l’ensemble. On peut le dire franchement : on s’emmerde du début à la fin !

Quentin Meignant

Très scandinave dans l’esprit et dans sa mise en forme froide et épurée, Man Divided se veut très carré dès une entame très théorique. Passionnant au niveau du sujet qu’il développe, le film ne souffre d’aucune discussion au niveau thématique et bénéficie par ailleurs d’un beau travail de l’image. Dommage que les scènes d’action ne parviennent pas à égaler cette excellence...

Sébastien Brunclair

D’un sérieux à toute épreuve, Man Divided n’était de toute évidence pas le candidat idéal pour une séance animée au BIFFF. Il n’empêche que cette énième histoire de voyage dans le temps tire son épingle du jeu en contournant intelligemment les clichés inhérents à cette thématique, malgré une entame mal maîtrisée (le final est, en revanche, inattaquable). Et une première bonne surprise, une !

Benoit Levenkron

Le cinéma danois a la fâcheuse réputation de diviser l’engouement du publique, terme d’autant plus approprié pour cette œuvre à tendance climato-sceptique assumée et au rythme relativement nonchalant qui pourrait rebuter plus d’un spectateur impatient lors des premières minutes de visionnage. Néanmoins, même si cette intrigue d’une complexité rare se dévoile lentement, elle a l’avantage de présenter un contenu cohérent, esthétique et d’apporter d’une vision innovante quant à la thématique déjà bien exploitée des voyages temporels.

Damien Taymans

Malgré une première demi-heure où on ne comprend QEDA-lle, l’intrigue se montre particulièrement habile dans l’exploitation de ces thèmes casse-gueule que sont ceux du voyage temporel et des doubles. Raffinée, la mise en scène épurée de Max Kestner confère un magnifique écrin à cette petite perle cinématographique.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Inhabitant
2017
affiche du film
Cutterhead
2018
affiche du film
Freehold
2017
affiche du film
Hérédité
2018
affiche du film
Return to Return to Nuke 'Em High Aka Vol. 2
2017
affiche du film
Jurassic World: Fallen Kingdom
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage