BIFFF 2018

BIFFF ON STREAM - Parallel

Alan Deprez

Isaac Ezban (l’homme derrière l’excellent The Similars, présenté au BIFFF 2016) est très fort, mais au risque de chicaner, son Parallel manque un peu de créativité que pour totalement emporter le morceau. Ce grain de folie aurait permis de conférer à cette histoire de mondes parallèles des résonances encore plus vertigineuses. On se contentera d’une intrigue bien ficelée, filmée avec soin et servie par des personnages attachants. Ezban est de la race des "grands artisans" du cinéma de genre et on continuera à suivre attentivement la suite de sa carrière.

Damien Taymans

Depuis The Incident et The Similars, Isaac Ezban a prouvé tout son savoir-faire dans ce genre de récit à tiroirs aux rebondissements surnaturels. Pourtant, Parallel souffre d’un drôle de défaut par rapport à ses créations précédentes : il se montre trop ambitieux. Dans son scénario d’abord, en multipliant les allers-retours entre les deux univers et les doubles ou en évoquant des torsions artistiques et technologiques qui ne sont finalement pas totalement exploitées. Dans sa mise en scène ensuite, puisque le réalisateur s’ingénie à empiler les plans biscornus sans chercher à imprimer une empreinte différente entre les multiples univers.

Quentin Meignant

Produit un peu plus mainstream que ses précédentes créations, Parallel pourrait ouvrir bien des portes à Isaac Ezban. Malin comme pas permis, le métrage revisite avec brio les films impliquant plusieurs dimensions (temporelles ou non). La patte apposée au récit est celle d’un homme sûr de son cinéma, tandis qu’hormis par l’emploi abusif de quelques filtres censés aider la compréhension du spectateur, l’ensemble tient toutes ses promesses.

Sébastien BrunclairGIF

2 ans après le sympathique The Similars, le chouchou du BIFFF Isaac Ezban rate quelque peu le coche avec cette première réalisation anglophone. Les tics de réalisation gerbatoires (calmez ce caméraman, par pitié) côtoient un scénario d’un classicisme absolu ; on a beau nous vendre de l’univers parallèle, on se croirait devant un quelconque film de voyage dans le temps. Pas un ratage total pour autant, Parallel fait tout simplement partie de la longue liste des "(pas si) vite vu, vite oublié".

Benoit Levenkron

Retour en force pour Isaac Ezban, qui avait déjà ravi nos mirettes avec The Incident et The Similars lors des deux dernières éditions. Le Mexicain, friand des paradoxes temporels complexes, nous livre cette fois un scénario toujours aussi élaboré et aborde cette année le thème des univers parallèles. Bien que doté de quelques longueurs, Parallel reste une excellente œuvre de science-fiction qui prouve, une fois de plus, qu’un de nos aztèques préférés est promis à une carrière qui s’annonce d’ores et déjà exceptionnelle.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
L'île aux chiens
2018
affiche du film
Vidar the Vampire
2017
affiche du film
The Man with the magic box
2017
affiche du film
Downrange
2017
affiche du film
Killing God
2017
affiche du film
Avant que nous disparaissions
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage