BIFFF 2019

BIFFF ON STREAM - Superlopez

Quentin MeignantGIF

Superlopez aurait pu être ce héros très clairement ibérique à la manière dont Superdupont a officié durant des années dans l’Hexagone. Las, il n’en est rien puisque Javier Ruiz Caldera met très vite de côté le délicieux aspect provincial du personnage pour le transformer en rat des villes trop formaté. Dès lors, l’excellente première demi-heure laisse place à un pastiche complet de Superman. Ce qui devait être une partie de rigolade se transforme très vite en oeuvrette traditionnelle. Dommage.

Damien Taymans

Ghost Graduation était fendard, Spy Time vaguement amusant, Superlopez est juste poussif : une succession de gags visuels déjà vus prompts à tenir hilares les admirateurs du cinéma de Kev Adams et un détournement constant du personnage de Superman dont chacune des scènes est calquée.

Sébastien Brunclair

Décalque complet de Superman avec des gags désuets rajoutés à la louche, Superlopez est une comédie paresseuse, fatigante et sans aucune imagination. Mais à en croire les rires très bruyants entendus lors de sa séance au BIFFF, cela n’empêchera pas de trouver son public.

Roxane de Quirini

Superloupé pour le nouveau film de Javier Ruiz Caldera. L’histoire de cet anti héros aux super pouvoirs ne possède absolument pas la petite touche de magie qui avait permis au Réalisateur d’obtenir le grand prix du BIFFF avec son Ghost Graduation. SuperLopez enchaîne les mauvais gags, les dialogues téléphonés et les blagues potaches qui n’amusent personne. En résumé, SuperLopez ennuie. Pire, il crispe. On en sort soulagé d’avoir vu le générique se lancer.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019
affiche du film
Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage