BIFFF 2019

BIFFF ON STREAM - The Golem

Damien Taymans

Un poil moins chiant que Jeruzalem (le film, pas la ville), The Golem est une immersion complète dans la tradition juive et son exploration du mythe du Golem. Davantage orienté pour un étudiant en sciences religieuses, le film enchaîne mollement des séquences assez banales sur un rythme aussi ronflant que Sébastien Brunclair lors d’une séance de 14 heures.

Sébastien Brunclair

The Golem est loin d’être un ratage mais se révèle un film d’horreur faiblard doublé d’un drame correct ; une production très moyenne, donc. Bref, pas de quoi placer la mythique créature dans le panthéon des monstres filmiques incontournables.

Quentin Meignant

Jeruzalem avait au moins cela de bien qu’il pouvait servir de guide touristique pour les non-initiés, la plongée des frères Paz dans la mythologie juive n’est clairement pas de cet acabit malgré quelques découvertes culturelles (merci Roxane) rendant l’ensemble difficilement compréhensible pour le commun des mortels. Sur un rythme en deçà de ce qui était espéré, The Golem mêle récit convenu et séquences peu convaincantes.

Roxane de Quirini

Situé dans un village juif du 17ème siècle, The Golem n’est pas à proprement parlé un ratage complet mais il est loin d’être réussi. On s’ennuie devant cette fable mythologique où la créature tient plus du petit Damien de la Malédiction que du Hulk que l’on imaginait. Les dialogues sont fades, l’immersion culturelle est vraiment trop poussée et perd le spectateur non-initié de par son exploitation de mythes et légendes Ashkénazes. On s’ennuie un peu devant ce récit trop prévisible et manquant cruellement d’originalité.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage