BIFFF 2018

BIFFF ON STREAM - Veronica

Damien Taymans

J’aime pas les films de possession et j’aime pas Paco Plaza !

Samuël TubezGIF

Veronica réussit davantage à mettre en scène une héroïne du quotidien que de vrais moments de terreur. On ne passe pas à côté d’une flopée de symboles éculés, mais la mise en scène de Paco Plaza et le talent de la jeune Sandra Escacena sauvent la mise. Probable toutefois que même le néophyte trouvera ça un peu trop ronflant pour subjuguer et effrayer.

Quentin Meignant

Un film à la limite du supportable qui reprend tous les clichés du genre et les répète à volonté. Hallucinante de bêtise, l’œuvre touche le fond avec la non-maîtrise d’un score un peu trop ambitieux par rapport aux images proposées.

Alan Deprez

Veronica accumule tous les pires poncifs du film de possession/maison hantée, à base de plateau de ouija, de portes qui claquent, d’ombres fugaces et de lampes qui clignotent. Le charme juvénile de l’actrice principale (la craquante Sandra Escacena) et une B.O. synthétique aux accents carpenteriens ne suffisent pas à sauver le bébé de Paco Plaza de la médiocrité.

Benoit Levenkron

Bien que fervent défenseur du cinéma espagnol, il est impossible de soutenir un film à la thémathique éculée, aux jumpscares redondants : c’est lent, c’est long, c’est bourré de clichés (la nonne aveugle aux yeux blancs, je n’en peux plus). Les films de possession – s’ils n’apportent aucune idée novatrice – devraient être interdits !

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Mercy Christmas
2017
affiche du film
Cargo
2017
affiche du film
Satan's Slaves
2017
affiche du film
The Thousand Faces of Dunjia
2017
affiche du film
La Femme la plus assassinée du monde
2018
affiche du film
Trench 11
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage