Critique de film

pub

Bastaard

"Bastaard"
affiche du film

Deux ans après la mort tragique de son frère aîné, Daan peine à maintenir un équilibre dans sa famille déchirée. Un jour, sa mère décide de combler le vide en hébergeant un jeune sans-abri dans leur maison. Alors que ce nouveau venu s’introduit dans leurs vies et que les relations familiales se dégradent, Daan tente de découvrir le passé mystérieux du garçon. Est-il le seul à craindre que cet intrus puisse bouleverser leur existence ?

pub


Trailer - Bastaard (2018)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Bastaard - You’re next
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2019

Dans le panorama cinématographique belge, Mathieu Mortelmans fait figure d’exemple. Rejeton d’un père anversois francophone et d’une mère bruxelloise flamande, le petit Mathieu est lui-même une sorte de bâtard né entre plusieurs régions, plusieurs communautés. Il officie des deux côtés du pays, signant côté flamand des épisodes de séries comme De Bunker ou Vermist et, côté francophone, a réalisé deux courts-métrages qui lui ont valu les honneurs : Chambre Double a été sacré au festival du BIFFF quand Complices s’est taillé une place de choix, devenant le seul représentant belge dans la pré-sélection menant à l’Oscar.

C’est dans le nord du pays que Mortelmans signe son premier long-métrage Bastaard, thriller sombre qui démarre sur une tragédie : sur le chemin du retour d’une soirée arrosée, une voiture quitte la route et tue l’un des passagers, Robbie. Le récit nous entraîne dans le quotidien morose de Daan, son jeune frère, qui vit en compagnie de sa mère et d’un père pour le moins absent, chacun tentant de tourner la page à sa façon. Dans ce noyau familial éclaté s’immisce un sans-abri aux intentions excessivement louables mais dont l’omniprésence commence à gêner l’existence de Daan. Il faut dire que ce dernier recèle de bien inquiétants secrets...

L’essentiel du scénario se focalise sur cet encombrant intrus que la mère fait entrer dans la bergerie et qui se rend de plus en plus utile en même temps qu’il ne se rapproche de son hôtesse. Jouant constamment sur l’ambiguïté, Mortelmans lève peu à peu le voile sur l’identité de l’indésirable tandis que celui-ci enferre ses amphitryons dans sa toile, les contraignant à le garder sous leur toit à mesure qu’ils effectuent des pas hors du droit chemin. En ce sens, Bastaard s’inscrit, à l’instar de Funny Games ou de Replicas, dans la lignée de ces home invasions dans lesquels le ver est lui-même convié par la pomme avant que celle-ci ne prenne conscience de la contamination qui est en cours.

Une première réalisation intéressante et prometteuse pour ce jeune réalisateur belge dont on attendra désormais la prochaine création.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 56814 photo 56815 photo 56816
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage