Critique de film

pub

Blade

"Blade"
affiche du film

Mi-homme mi-vampire, possédant toutes les qualités des goules et aucune de leur faiblesse, capable de vivre en plein jour, Blade traque sans pitié les suceurs de sang. Aidé de Whistler, son mentor et armurier, il est le cauchemar de la Nation Secrète des Vampires, dont les membres infiltrent toutes les couches de la société. L'un d'eux, Deacon Frost, avide de pouvoir, souhaite asservir le monde et la race humaine en invoquant le Dieu du sang. Un seul homme peut se mettre en travers de son chemin : Blade...

pub


Trailer - Blade (1998)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Blade - Un bon début pour une saga qui prolifère
Par : Damien Taymans

Blade est l’adaptation d’un comic-book de la série Marvel datant des années 70. Apparu au départ dans Le Tombeau de Dracula, celui-ci sera le héros d’une nouvelle série dont il portera le titre phare. Si le comic n’est pas l’un des plus célèbres de la boîte Marvel, Blade va néanmoins séduire son lot de gens et introduire l’arrivée de nombreuses autres adaptations au cinéma comme X-men, Spiderman, Daredevil, Hulk ou encore Elektra.

Le scénario est signé David S. Goyer qui a notamment travaillé sur de gros succès sf et fantastiques comme Dark city ou The Crow 2. A la réalisation, on retrouve Stephen Norrington qui a frappé un grand coup avec son Death Machine en 1995, film à faible budget qui est parvenu à se faire un nom grâce au traitement féroce de son directeur. Blade est donc la deuxième réalisation de Norrington, la première avec un budget convenable.

Prenant une certaine liberté propre au concept moderne du vampirisme, Goyer introduit des éléments nouveaux en éradiquant certaines lois immuables des films sur le thème. Ainsi, les vampires n’ont plus rien à craindre des croix ni de l’eau bénite mais sont toujours allergiques à l’ail. Mieux, il sont même devenus mortels lorsqu’on leur tire des balles en argent (Tiens, c’est pas les loups-garous, ça ?)… Contrairement à des films comme The Lost boys qui avaient transformé les vampires en jeunes voyous jouissant de leur liberté, Blade prend le pendant extrême en transformant les vampires en gouverneurs de la ville. Désormais, les suceurs de sang ne font pas que tuer les humains, ils passent des traités avec eux et les font chanter grâce à leurs positions financières et politiques au sein de la cité.

Alors que le film a été énormément critiqué lors de sa sortie car tiré d’une bande dessinée (propos très réducteurs), on peut justement souligner le travail de Goyer et Norrington qui parviennent à rendre le climat qui sévissait dans le comic originel et donnent au métrage une photographie ténébreuse et nihiliste.

Démarrant sur les chapeaux de roues avec une intro prometteuse (a-t-on déjà vu aussi bandant ?) dans un night-club vampirique, le métrage nous offre une dizaine de minutes inoubliables. Malheureusement, le reste du métrage ne fera que s’effilocher au fil du temps, ne devenant plus qu’un vulgaire film d’actions sans réelle consistance. Se perdant même parfois dans des genres trop éloignés, flirtant par exemple avec la comédie (avec le gardien des archives) et s’autodétruisant à coups de dialogues surfaits totalement superficiels et inutiles. Quelques rares scènes parviendront au niveau de celle d’entrée comme cette superbe où des vampires casqués contemplent le lever de soleil.

Néanmoins, il faut souligner l’excellent casting mis en place. Wesley Sinpes est parfait en machine à tuer (tellement meilleur que lorsqu’il débite du texte), Stephen Dorff parvient à être crédible en méchant aux ambitions débordantes et N’Bushe Wright joue parfaitement son rôle de seconde émotive auprès d’un Blade dénué de tout sentiment. Les effets spéciaux sont également de bonne facture

Le film constitue un bon début pour la saga qui verra encore d’autres épisodes dont le deuxième sera signé Del Toro. Norrington, quant à lui, signera la réalisation de La Ligue des gentlemen extraordinaires en 2003.


Oeuvres liées :

Blade 2 (2002)
Blade 3 Trinity (2004)

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 15893 photo 15894 photo 15895 photo 15896 photo 15897 photo 15898 photo 15899 photo 15900 photo 15901
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage