Critique de film

pub

Bug

"Bug"
affiche du film

Agnès vit seule dans un motel désert. Elle est hantée par le souvenir de son enfant, kidnappé plusieurs années auparavant, et redoute la visite de son ex-mari, Jerry, un homme violent récemment sorti de prison. Dans cet univers coupé du monde, Agnès s'attache peu à peu à un vagabond excentrique, Peter. Leur relation tourne au cauchemar lorsqu'ils découvrent de mystérieux insectes capables de s'introduire sous la peau. Ensemble, ils vont devoir découvrir s'il s'agit d'une folie partagée ou d'un secret d'Etat...

pub


Trailer - Bug (2006)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Bug - Petites bêbêtes
Par : Chroniqueurs

Par Dante

Friedkin avait déjà en son temps révolutionné le cinéma d’horreur/fantastique en lançant sur les écrans L’exorciste, phénomène qui reste encore de nos jours une œuvre culte dans le panthéon du fantastique. Mais depuis le visionnaire s’était fait discret, malgré quelques sursauts comme Police Federal Los Angeles ou Basic. C’est donc dans l’anonymat le plus total que sort Bug.

Porté par des têtes d’affiches relativement modestes, Ashley Judd qu’on n’a jamais bien vu inspiré et Harry Connick Jr. qui se complait plutôt dans les seconds rôles. Mais dès les premières images, on remarque l’épuration poussée à l’extrême de la mise en scène, pas de plan tape à l’œil, tout est simple et précis, le réalisateur nous mène droit au but : un motel perdu où l’on découvre une Ashley Judd complètement transfiguré en droguée/paumée/alcoolo qui nous rappelle un peu Charlize Theron dans Monster. Même si les premières minutes tiennent plus de la chronique sociale amère avec son lot de dialogues un peu longuets et ses expositions de vie raté et sans espoir, le film prend un léger tournant avec l’arrivée de Michael Shannon, inconnu du grand-public et de moi-même également, son air gauche et mystérieux font lentement glisser le film vers la pente descendante.

Après quelques longueurs, l’histoire se met en place et l’on sent la folie arriver de tous côtés, se glissant sous les portes pour envahir cet espace clos qui deviendrait l’unique décor du film jusqu’à la fin, l’appartement de l’héroïne, exigu et étouffant. Friedkin se paye alors le luxe de jouer avec le spectateur, le faisant douter, réfléchir avant de faire exploser la vérité en une seule scène dont l’intensité se fait désormais très rare dans le cinéma. Les minutes qui suivent ne sont alors que prétexte à enfoncer un peu plus les personnages dans le gouffre de l’autodestruction, laissant le spectateur abasourdi devant ces délires et ces remises en cause qui vont jusqu’à démontrer un nouveau point de vue à la trame du film.

Nous ne pouvons donc que saluer les performances extraordinaires des deux acteurs principaux qui se livrent à un face à face des plus intenses avec une mention spéciale à Michael Shannon qui fait de son personnage un bateau en pleine tempête qui coule lentement par le fond, entraînant avec elle la belle Ashley Judd, tout en fragilité et en doute.

Les seuls bémols résident donc dans les quelques longueurs qui ponctuent le film mentionnées plus haut mais aussi dans une absence de musique particulière qui aurait pu contribuer à rendre l’aspect du film encore plus angoissant et lui donner un relief sonore qui lui manque tout de même. La scène finale est à l’image du film, brut, épuré, sans artifice et le générique de fin tombe comme un couperet laissant le spectateur perplexe et parfois un peu dérouté face à cette histoire à l’apparence simple et pourtant si intense.

Friedkin n’avait donc pas encore dit son dernier mot, et démontre que quelques dialogues bien calibrés et des plans très simples permettent d’instaurer une ambiance saisissante qui ne lâche pas le spectateur d’une seule seconde. Balayant tous les codes du genre, il signe une œuvre originale et anticonformiste qui critique, fait peur et parfois même rire.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 16511 photo 16512 photo 16513 photo 16514 photo 16515 photo 16516 photo 16517 photo 16518 photo 16519
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage