Critique de film

pub

Cannibal The Musical

"Alferd Packer : The Musical !"
affiche du film

Rocky Mountains, hiver 1874. En quête d’or et d’amour, Alfred Packer et ses compagnons se sont perdus dans les montagnes et furent les victimes d’étranges phénomènes, transformés tantôt en cannibales assoiffés de sang tantôt en fans de comédies musicales...

pub


Trailer - Cannibal the musical (1996)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Cannibal the musical - Shpadoinkle !
Par : Romain Mollet

Qui ne connaît pas les fameux gamins de la délicieuse série d’animation South Park ? Et bien, ces bonhommes-là sont sortis des esprits génialement dingos de Trey Parker et Matt Stone. C’est également le duo (ou plutôt surtout grâce à Trey car Matt incarne juste ici un mineur bien touffu) que l’on doit cette comédie musicale sanglante et délurée, tournée pendant les cours des deux étudiants en cinéma (ils n’auront au final même pas leur diplôme !), et qui sera ensuite rachetée par la célèbre société TROMA…

Pour l’anecdote, sachez que les images de la bande annonce semblent être des premiers essais de tournage car celles-ci ne figurent pas sous cette apparence-là dans le film.

Le film suit le parcours d’Alferd Packer, un jeune cow-boy naïf et fou amoureux de sa jument, qui est malencontreusement chargé d’amener six hommes dans une ville du Colorado où ils pourront trouver de l’or. Pour cela, chansons et embrouilles sont au programme. Mais le détail que nous avons oublié, c’est que Parker est accusé d’avoir mangé ses compagnons pendant le voyage…

C’est sur les bases de la dérision que le film s’entame malgré le fait que l’histoire est tirée d’une histoire vraie… Trey Parker fait ses débuts dans la mise en scène (mais il interprète également le rôle-titre). Et autant dire que c’est réussi, ce malgré son aspect conventionnel. Il parvient pourtant à maîtriser à merveille un humour à la fois fin et bourru, à la limite du débile. Les acteurs (tous amateurs, mais qui s’en tirent parfaitement), les décors, les ambiances sont prodigieux et le métrage use d’effets gores vraiment efficaces.

Etant donné que nous sommes dans une comédie musicale, il est évident que toutes les chansons du film (écrites et composées par le réalisateur) sont juste géniales… Des paroles décalées (tout autant que les innombrables répliques devenues cultes) ou émouvantes, parmi lesquelles se détache la chanson du trappeur « bad bad man » (incarné par Robert Muratore) et l’évidemment cultissime et jouissive (car empreinte d’une débilité profonde) « Let’s build a snowman » chantée par l’hilarant Jon Hegel.

Bref, un sommet dans le genre de la comédie musicale gore (genre sous-représenté) malheureusement trop peu connue qui mériterait d’être reconnu à sa juste valeur. Un film qui n’a que pour seuls objectifs de faire rire, trembler et évidemment danser... Une première expérience que Parker a su joyeusement partager avec ses spectateurs, devenus fans avant l’heure...

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 16793 photo 16794 photo 16795 photo 16796 photo 16797
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019
affiche du film
Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
2019
affiche du film
La Malédiction de la Dame blanche
2019
affiche du film
Avengers: Endgame
2019
affiche du film
Dragged Across Concrete
2018
affiche du film
Little Monsters
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage