Critique de film

pub

La Créature de la mer hantée

"Creature from the Haunted Sea"
affiche du film

Sparks Moran, agent secret XK150, embarque avec un quartet de choc (Mary-Belle, une poule de gangster, Jack le Joyeux, meurtrier notoire, Pete Jr, homme de main et Renzo Capetto, cerveau du gang) à bord d'un navire transportant des soldats cubains et un coffre rempli d'or. Alors que les cubains disparaissent un à un, une mystérieuse créature attaque l'équipage.

pub


Trailer - La créature de la mer hantée (1961)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de La créature de la mer hantée - Craignos monster
Par : Damien Taymans

Sparks Moran, agent secret XK150, embarque avec un quartet de choc (Mary-Belle, une poule de gangster, Jack le Joyeux, meurtrier notoire, Pete Jr, homme de main et Renzo Capetto, cerveau du gang) à bord d’un navire transportant des soldats cubains et un coffre rempli d’or. Alors que les Cubains disparaissent un à un, une mystérieuse créature attaque l’équipage…

Tourné en 1960 dans la foulée de Last woman on earth avec une grande majorité du casting (on retrouve Anthony Carbone, Betsy Jones-Moreland et Edward Wain), La créature de la mer hantée est l’un des fleurons de la série B des écuries Corman. L’objectif évident du producteur-réalisateur est de créer une oeuvre d’exploitation pure à même de s’engouffrer dans la brèche ouverte par les récents monster movies aquatiques comme Creature from the black lagoon de Jack Arnold et It came from beneath the sea de Robert Gordon. Pourtant, ni la créature plus craignos et ringarde que ses fameuses sangsues et crabes géants ni l’intitulé du film ne suffisent à alimenter le catalogue des créations horrifiques de Roger Corman. En lieu et place, la bêbête amphibie un brin visqueuse se noie (un comble) dans un scénar’ méga alambiqué qui flirte plus précisément avec le film d’espionnage dont il ressert tous les éléments traditionnels à la sauce parodique.

Une voix-off monocorde décrit un à un tous les événements tandis que les moustachus à cigare disparaissent l’un après l’autre attaqués tantôt par les mafieux qui composent l’équipage tantôt par le véritable monstre qui se paie quelques apparitions des plus ténues. Aussi rythmé qu’une chanson de Moustaki, La créature de la mer hantée assène un coup de barre fatidique au spectateur bâillant déjà à qui-mieux-mieux devant les harassantes tentatives d’égaiement d’une pellicule inerte et morne. En la matière, Corman n’est pas avare puisqu’il présente un personnage mafieux, supposément dangereux, qui possède l’étonnante capacité d’imiter les cris d’animaux (superbement rendue par la version post-synchro française).

La créature de la mer hantée, flanqué d’un générique cartoonesque, s’inscrit d’emblée et sans détours dans le registre de la franche gaudriole, bien qu’il peine à amuser son spectateur. Foin de fantastique donc dans ce nouvel intermède portoricain qui permettra juste d’admirer le jeu d’acteur très limité de Robert Towne qui deviendra par la suite l’un des scénaristes les plus talentueux d’Hollywood (Chinatown de Polanski ou Greystoke).


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 28889 photo 28890 photo 28891 photo 28892 photo 28893
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage