Critique de film

Captain America, le soldat de l'hiver

"Captain America: The Winter Soldier"
affiche du film
  • Genre : Action, Aventure, Science fiction
  • Année de production : 2014
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 2h16
  • Budget : 170 millions de dollars
  • Musique : Henry Jackman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Après les événements cataclysmiques de New York de {The Avengers}, Steve Rogers aka Captain America vit tranquillement à Washington, D.C. et essaye de s'adapter au monde moderne. Mais quand un collègue du S.H.I.E.L.D. est attaqué, Steve se retrouve impliqué dans un réseau d'intrigues qui met le monde en danger. S'associant à Black Widow, Captain America lutte pour dénoncer une conspiration grandissante, tout en repoussant des tueurs professionnels envoyés pour le faire taire. Quand l'étendue du plan maléfique est révélée, Captain America et Black Widow sollicite l'aide d'un nouvel allié, le Faucon. Cependant, ils se retrouvent bientôt face à un inattendu et redoutable ennemi - le Soldat de l'Hiver.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Captain America, le soldat de l’hiver - Spy (video)game
Par : Samuel Tubez




Troisième film de la seconde partie du Marvel Cinematic Universe, la fameuse phase 2, cette suite de Captain America arrive juste à temps pour redorer le blason des super héros après l’inégal Iron Man 3 et un Thor 2 toujours aussi kitsch. Juste de quoi nous rassurer et nous préparer doucement à Guardians of the Galaxy etThe Avengers : Age of Ultron.

En effet, Captain America, le soldat de l’hiver, tout en étant une suite au film de Joe Johnston, se recentre sur l’univers Avengers en axant quasi toute son intrigue autour du SHIELD. Nous sommes donc au lendemain des événements de The Avengers et nous retrouvons Steve Rogers, aka Captain America, qui s’adapte plutôt bien aux us et coutumes du monde moderne. Un brin nostalgique (son amour pour Peggy Carter ne s’étant point flétri), il devra démêler un plan des plus pernicieux fomenté par des bad guys en costards-cravates. Bien sûr, il y a le Soldat de l’hiver, dont les connaisseurs n’ignorent pas la réelle identité, mais ce dernier n’est que la marionnette d’une puissante et dangereuse organisation qui a gangrené le SHIELD, et dont Nick Fury himself en est l’une des premières victimes…

Captain America se retrouve ainsi plongé dans une intrigue politique avec un « trust no one » qui lui résonne en tête. La sempiternelle formule mettant « bêtement » en scène un nouveau vilain/une nouvelle menace à chaque séquelle se voit ainsi quelque peu brisée avec un scénario bien plus intéressant qu’à l’accoutumée. Christopher Markus et Stephen McFeely parviennent ainsi à renforcer joliment la mythologie liée au First Avenger tout en l’intégrant parfaitement aux préoccupations formulées par Joss Whedon dans The Avengers. Un tout cohérent et captivant pour ce qui est probablement l’un des meilleurs scénarios du Marvel Cinematic Universe à ce jour, ou en tous cas l’un des plus tentaculaires. Un très bon point malheureusement terni par la mise en scène des frangins Russo (You, Me and Dupree) qui font office de simples faiseurs en ne rendant jamais grâce aux excellentes chorégraphies mises en place qui font pourtant la part belle aux combats rapprochés avec notamment d’excellentes utilisations du bouclier. Gros plans, caméras perpétuellement en mouvement, cadrages à côté de la plaque,…la formule est désormais dans tous les blockbusters pour des rendus « sur le vif » censés nous immerger dans des scènes d’action toujours plus chaotiques mais, on a beau s’y habituer, elle ne fait que nous sortir du champ de bataille. Pas une catastrophe, mais il y a tout de même de quoi râler devant ce relatif gâchis. De l’action traditionnelle en somme, qui prend hélas le pas sur l’aspect espionnage hérité du comic book d’Ed Brubaker, Winter Soldier. Néanmoins, l’investissement physique de Chris Evans qui campe toujours aussi efficacement le plus intègre des super héros ainsi que les présences plus importantes de La Veuve noire et de Nick Fury, sans oublier Robert Redford qui n’est pas juste là pour cachetonner dans le rôle d’Alexander Pierce, renforcent un peu plus l’intérêt porté à ce Captain America, le soldat de l’hiver définitivement moins anodin que ses prédécesseurs, et lui tout à fait ancré dans la troupe des Avengers. Ce qui est loin d’être le cas du fils d’Odin...

Plus intéressant sur le fond que sur la forme, fidèle aux standards du blockbuster actuel, les aventures de Captain America s’imposent au final comme étant les plus cohérentes du Marvel Cinematic Universe. Même si l’on aurait désiré davantage d’espionnage et moins de « boum-boum » traditionnel, ce Soldat de l’hiver relie efficacement les points et ravive réellement notre intérêt pour la suite de The Avengers.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage