Critique de film

Dark, Almost Night

"Ciemno, prawie noc"
affiche du film
  • Genre : Crime, Thriller
  • Année de production : 2019
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Pologne
  • Durée : 1h41
  • Musique : Marcin Stanczyk
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Une série de disparitions d’enfants met la petite ville de Wałbrzych en état de choc. Quand une journaliste-reporter arrive pour enquêter sur l’affaire, elle fait le jour sur des événements terribles survenus plusieurs décennies plus tôt, mais qui continuent de projeter leur ombre sur la ville. Elle va aussi devoir affronter son propre passé, et celui de sa famille.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Dark, Almost Night - Poland Blues
Par : Quentin Meignant


Cinéaste qui, en 2016, pouvait se targuer d’être l’émissaire polonais envoyé aux Oscars avec A Grain of Truth, Borys Lankosz a directement remis le pied à l’étrier en s’occupant de Dark, Almost Night, adaptation du roman éponyme à succès de Joanna Bator. Présenté en première internationale lors du BIFFF 2019, le métrage suit Alicja, une célèbre journaliste qui retourne dans son village natal de Walbrzych. Son retour est dû à la multiplication mystérieuse des disparitions d’enfants dans la région. Elle ne tarde pas, au fil de son enquête, à entrevoir des souvenirs de son propre passé que sa mémoire avait choisi d’éluder.

Fort du soutien financier de ses compatriotes pour la mise sur pieds de son nouveau film, Borys Lankosz prouve d’emblée qu’il est un véritable cinéaste de talent. Donnant une vision quasi-crépusculaire de la magnifique région de Basse Silésie, une région aussi pauvre que magnifique, le metteur en scène régale par la mise en images de son Dark, Almost Night. Cette beauté permet à l’oeuvre de passer le cap d’une première heure où, hormis quelques souvenirs de l’héroïne, il n’y a strictement rien à se mettre sous la dent.

Néanmoins doté de quelques scènes éprouvantes dont nous ne pouvons vous dévoiler la teneur - sous peine de carrément rendre le film inutile -, Dark, Almost Night ne parvient pas à tenir la longueur. Toujours plastiquement parfaite, l’oeuvre manque cruellement d’imagination même si les quelques soubresauts finaux laissent entrevoir une lueur d’espoir. Celle-ci ne suffit malheureusement pas, le métrage étant facilement trop long d’une grosse demi-heure.

Magnifiquement mis en images, Dark, Almost Night aurait pu être une pleine réussite mais, en l’état, ne vaut guère mieux qu’un téléfilm très bien torché. Assez apathique, sans véritable ambiance, le métrage déçoit à presque tous les niveaux.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage