Critique de film

Dark Shadows

"Dark Shadows"
affiche du film
  • Genre : Fantastique - Loups-Garous, Vampires, Fantômes
  • Année de production : 2012
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Tim Burton
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h52
  • Scénariste : John August, Dan Curtis
  • Musique : Danny Elfman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Johnny Depp
  • Récompenses : --

En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour prendre la mer avec leur jeune fils Barnabas, et commencer une nouvelle vie en Amérique. Mais même un océan ne parvient pas à les éloigner de la terrible malédiction qui s’est abattue sur leur famille. Vingt années passent et Barnabas a le monde à ses pieds, ou du moins la ville de Collinsport, dans le Maine. Riche et puissant, c’est un séducteur invétéré… jusqu’à ce qu’il commette la grave erreur de briser le cœur d’Angelique Bouchard. C’est une sorcière, dans tous les sens du terme, qui lui jette un sort bien plus maléfique que la mort : celui d’être transformé en vampire et enterré vivant. Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé…

Les critiques à propos de ce film

Critique de Dark shadows - L’ombre des âmes
Par : Chroniqueurs

Par Samuël Bouchoms

Après un Alice in Wonderland assez décevant, Tim Burton revient avec son acteur fétiche Johnny Depp pour un Dark Shadows qui marquait un retour vers un univers plus burtonien que jamais. Cela est-il pour autant un gage de réussite ?

Dès les premières secondes, c’est l’esthétisme particulier qui frappe. Reconnaissable entre mille, le style Burton, tout en environnements sombres desquels émergent des couleurs saturées flatte les mirettes. Le travail sur les décors est évident, de même que sur la réalisation, mêlant beauté obscure et fluidité remarquable. Remarquables comme les interprètes dont les principaux apportent une consistance bienvenue à leur personnage. Johnny Depp en tête, évidemment, incarnant un vampire charnel au cœur brisé, mais Eva Green aussi, son nemesis, sorte de nympho sadique tout en sensualité bestiale. Mentions également à Michelle Pfeiffer (impeccable) et Helena Bonham Carter. Tous sont bien aidés par des dialogues biens construits, des répliques fines dont beaucoup font mouche (Barnabas et son style très 19e siècle).

Outre son esthétisme certain et ses acteurs, Dark Shadows peut s’appuyer sur son humour, noir comme il est de coutume. Une succession de situations cocasses, de répliques piquantes et acerbes attend le spectateur tout au long du film, jouant essentiellement sur le choc des époques issu du décalage entre Barnabas et son nouvel environnement. Et cela fonctionne plutôt bien, rictus, sourires et quelques éclats de rire parsèmeront la séance. Le tout malgré un romantisme tragique assez prégnant (Burtonse lâche complètement ici). La musique d’Elfman se veut efficace sans être particulièrement inspirée. Tout le contraire du choix de la bande son délicieusement 70’s et en parfait désaccord (comprendre contraste) avec le personnage principal. Ici encore, les thèmes sombres sont privilégiés, Alice Cooper, Black Sabbath, etc.

Ainsi décrit, Dark Shadows a tout d’un bon film. Ce serait omettre le principal : le scénario. Force est de constater sa quasi-absence, peinant à combler l’heure trente qui sépare la folle introduction du final totalement dément. Certes, le centre est la romance, la noire nostalgie d’un être perdu, l’amour éternel au travers de la réincarnation des âmes. Toutefois, cela manque cruellement de pêche à défaut de verve. L’histoire fait du surplace plus qu’à son tour, à tel point que le récit semble être construit sur le décalage des époques, l’humour et les dialogues. Or cela tiendrait sur 30-40 min, mais pas sur 2h. Les longueurs scénaristiques, mises en exergue par un récit linéaire, ne sont ainsi que partiellement comblées, même, et c’est un comble, durant le final où les excès de démences amollissent le rythme d’une confrontation dont l’issue est aussi scénaristiquement mal amenée que décevante.

Et au final, c’est bien la déception qui domine. Dark Shadows est à l’image du personnage d’Eva Green, une belle coquille vide. Tim Burton livre un film esthétiquement irréprochable (quoique quelques effets sont assez moches), bien interprété et parsemé d’humour grinçant mais dont le vide scénaristique n’est guère comblé par la folie d’un romantisme noir qu’il insuffle à son récit. Bref, Burton commence sérieusement à tourner en rond…


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage