Critique de film

Frontier

"Rubezh"
affiche du film
  • Genre : Science-fiction
  • Année de production : 2018
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Russie
  • Durée : 1h38
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

La vie parfaite de Michael change radicalement quand il découvre un portail qui lui permet de voyager dans le temps. Il retourne à la Seconde Guerre mondiale pour traverser la quête du temps et trouver son seule et unique bien-aimé.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Frontier - Sur la ligne rouge
Par : Quentin Meignant


Projet qui aura mis près de 10 ans à exister après une gestation aussi ambitieuse que compliquée, Frontier, aka Rubezh, film du réalisateur russe Dmitriy Tyurin, est ce que l’on peut clairement appeler un blockbuster. Doté d’un budget énorme (300 millions de roubles), le film suit Michael, un gestionnaire de fournitures de sable pour un grand promoteur immobilier. Golden boy pas vraiment cultivé, il compte bien faire reprendre l’activité d’une carrière bloquée par des militants voulant défendre un trésor patriotique : les restes des corps de soldats de l’Armée Rouge. Suite à un éboulement dans la carrière, Michael perd alors conscience et se retrouve catapulté tout droit en 1943 dans les tranchées de l’Armée Rouge. L’horreur de la guerre a désormais un visage...

Fort de son pedigree de blockbuster au pays des pétrodollars, Frontier ne tarde pas à faire étalage des énormes moyens de ses producteurs. Dans l’ADN russe, cela passe donc par une multiplication de bling bling incontrôlé, chose assez interpellante pour le public occidental d’autant que le personnage principal ne brille pas par son intelligence ni par le charisme à l’écran de Pavel Priluchnyy. La faculté de Dmitriy Tyurin à transposer ses énormes moyens à l’écran fait d’ailleurs tache jusque dans les séquences du passé, dotée d’une image trop proprette que pour réellement immerger le spectateur à une autre époque.

D’époques, il en est question tout au long du film, le héros faisant des va et vient continuels entre passé et présent là où les producteurs nous vendaient presque une reconstitution historique et un hommage aux membres de l’Armée Rouge. Loin de cela, Frontier fait néanmoins le nécessaire au niveau du spectacle et de quelques scènes de guerre dantesques, ce qui n’est pas pour déplaire. La mise en images, appuyée à grands coups d’effets spéciaux, fait de l’ensemble un moment agréable à défaut d’être indispensable.

Cousin clairement assumé des blockbusters américains, Frontier est une oeuvre convenable qui aurait néanmoins gagné à ne pas perdre son âme dans les pétrodollars. Très ambitieux, le film manque tout simplement de ses idées fondatrices : donner lieu à un film de guerre poignant.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage