Critique de film

Jungle

"Jungle"
affiche du film
  • Genre : Aventures
  • Année de production : 2017
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Australie, Colombie
  • Durée : 1h55
  • Musique : Johnny Klimek
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Un film adapté de l'histoire de Yossi Ghinsberg et deux de ses amis, qui vécurent trois semaines dans une partie inexplorée de la jungle amazonienne.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Jungle - Seul dans la forêt amazonienne
Par : Samuel Tubez


Yossi Ghinsberg est un aventurier connu pour avoir survécu seul dans la jungle amazonienne, côté Bolivie, après avoir été séparé de ses compagnons avec lesquels il avait entamé l’exploration. Une histoire incroyable qu’a tenu à mettre en scène Greg McLean, réalisateur habitué à la nature sauvage et hostile (Wolf Creek, Solitaire).

L’histoire vraie de cet explorateur est ébouriffante et s’inscrit sans mal dans les histoires de survie les plus extraordinaires jamais vécues par un être humain. Une mésaventure que Ghinsberg a immortalisé dans son bouquin intitulé "Back From Tuichi : the Harrowing Life-and-Death Story of Survival In The Amazon Rainforest". C’est de ce livre qu’est tiré Jungle, dernier film du réalisateur australien Greg McLean. L’histoire retrace les trois semaines passées dans la forêt amazonienne par Ghinsberg en 1981, accompagné par deux autres jeunes idéalistes et un guide à la recherche d’une tribu reculée.

Pour les connaisseurs du genre (Délivrance restant le modèle du genre), le film s’avère prévisible et rempli de clichés. Sa mise en place est même un peu longue, mais une fois la partie survival entamée, cela reste efficace malgré le manque d’originalité. Le réalisateur s’attache, dans la seconde partie du métrage, à la psyché de son personnage principal, plongeant dans la folie tout en essayant de lutter pour trouver les moyens de survivre. La mise en scène efficace de McLean, combinée à une très belle photo naturaliste, nous immerge à merveille dans cet enfer vert. Daniel Radcliffe se révèle une fois de plus (après l’étonnant Swiss Army Man) très impliqué dans ce rôle physique et psychologique où il maigrit à vue d’œil et délire comme il se doit. Son personnage s’avère suffisamment attachant et humain pour que l’on ait envie de le voir survivre. Ça tombe bien, puisque sans surprise ni spoiler, on sait que ce sera le cas.

L’important n’est pas la destination mais le chemin parcouru, et Jungle illustre parfaitement cela. Ce survival en forêt amazonienne est certes prévisible et bourré de clichés, mais il fonctionne grâce au savoir-faire de Greg McLean et à son attachement pour le parcours autant physique que psychologique de son personnage principal interprété à merveille par le très impliqué Daniel Radcliffe.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage