Critique de film

Play or Die

"Play or Die"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 2019
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Belgique
  • Durée : 1h29
  • Musique : Sylvain Goldberg, Emilien Levistre, Xiaoxi Levistre, Yohann Zveig
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Plusieurs personnes sont invitées à participer à une chasse au trésor mystérieuse dans un hôpital désaffecté.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Play or Die - Le jeu
Par : Damien Taymans


Lucas et Chloé adorent jouer à « Je t’aime, moi non plus », entre autres réjouissances. Alors qu’ils ont vécu une douloureuse séparation, les deux tourtereaux se réinvestissent dans un jeu obscur du Dark Web qui a été la raison première de la merdasse qui s’est déversée sur leur idylle. Faisant fi du passé, ils se relancent dans l’aventure « Paranoïa », surtout que Lucas est ultra-doué en résolution d’énigmes et qu’il y a un beau pactole à se mettre dans les fouilles. Et puis, comme l’annonce la première règle du jeu, ce n’est pas la réalité. Enfin, il faut aussi lire la deuxième règle qui indique que l’un d’entre eux va crever...

Adapté du roman « Puzzle » de Franck Thilliez, Play or Die s’offre en première mondiale lors de la 37ème édition du BIFFF, une nouvelle d’autant plus alléchante que la péloche est belge et qu’elle réunit la délicieuse Roxane Mesquida et Mustii. Avec sobriété, Jacques Kluger met en boîte ses deux héros et les entraîne dans un jeu grandeur nature qui se pose comme une chasse aux trésors lambda digne d’un escape game basique qui, au fur et à mesure, les mène vers un survival un poil plus burné sitôt que des cadavres se mettent à joncher le plancher de l’hôpital psychiatrique dans lequel ils entament la finale de cette diabolique partie. Misant sur son atmosphère, Kluger parvient, dans un premier temps au moins, à susciter la curiosité et à retranscrire une ambiance évoquant bon an mal an des classiques du huis clos horrifique comme Cube ou Saw.

Hélas, au fil de l’œuvre, le récit s’essouffle à force d’actionner les mêmes mécanismes : les personnages sont tour à tour enfermés et libérés de pièces contenant des énigmes tandis que les corps s’accumulent et que la paranoïa (annoncée dès l’intitulé du jeu) gagne les survivants. Ce n’est pas faute de relancer désespérément la machine en cours de route en compilant des révélations qui ne sont finalement pas exploitées. Play or Die est une création qui possède quelques atouts indéniables (production design, atmosphère) mais perd en intérêt à mesure que les cartes scénaristiques sont distribuées jusqu’à un dénouement un peu trop attendu. Dommage car il y avait du potentiel...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage