Critique de film

That Demon Within

"Mo jing"
affiche du film
  • Genre : Action, Policier
  • Année de production : 2014
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Hong Kong
  • Durée : 1h51
  • Musique : Leon Ko
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

De garde dans un hôpital, le policier Dave Wong sauve sans le savoir le chef d'un groupe de criminels violents. Rongé par la culpabilité, il se met en tête d'arrêter le malfrat tout en essayant de faire face aux démons du passé.

Les critiques à propos de ce film

Critique de That Demon Within - Les pics de Dante
Par : Quentin Meignant


Auteur de quelques uns des plus admirables efforts récents du cinéma hongkongais, de Beast Cops à Triad Zone en passant par The Crash, Dante Lam a passé ces dernières années à la réalisation d’oeuvres un brin plus mineures. L’occasion était donc belle de renouer avec le succès d’antan avec That Demon Within qui suit Dave Wong, petit flicaillon qui, sans le savoir, va sauver la vie d’une véritable crapule bien implantée dans la mafia locale. Suite à une transfusion, il se met tous ses collègues à dos et décide de tout faire pour arrêter le truand qu’il vient de sauver. Sa quête de justice se transforme en chemin de croix tant l’ennemi est retors.

Basant exclusivement son récit sur la personnalité d’un "bon flic", Dante Lam parvient dès les premiers instants de son film à donner corps à son récit qui voit s’affronter, le Bien, le Mal et, dans une moindre mesure, les "dégâts collatéraux", ses collègues, désabusés par la violence régnant dans la société hongkongaise.

Cette violence est d’ailleurs la plus belle réussite de That Demon Within, dépeinte par un nombre impressionnants de gunfights efficaces. Ceux-ci sont malheureusement mal montés, tant au niveau visuel que sonore, et ne tardent pas à rendre illisibles certaines situations. Ce cuisant problème de mise en scène est, pour le coup, omniprésent dans le film de Dante Lam, qui semble éprouver de plus en plus de difficultés au fil du film malgré une volonté sincère d’aller le plus loin possible. Cet énorme handicap, ajouté à une arythmie chronique, cassent le peu d’intérêt d’une intrigue assez plate, sans vraiment de tenant ni d’aboutissant et victime d’un personnage principal qui s’avère au final être creux.

Le final, qui se veut spectaculaire mais étale à vau-l’eau des CGI mal finis et fait preuve de longueurs indescriptibles, symbolise à lui seul une oeuvre particulièrement maladroite. Le grand Dante Lam n’est pas encore de retour et son That Demon Within, malgré quelques pics de forme, est sans doute l’un de ses films les plus pénibles.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage