Critique de film

The Dead Center

"The Dead Center"
affiche du film
  • Genre : Thriller
  • Année de production : 2018
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h33
  • Musique : Jordan Lehning
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

La santé mentale d'un psychiatre à l'hôpital est mise à rude épreuve lorsqu'un patient amnésique apeuré insiste sur le fait qu'il est décédé et a rapporté quelque chose de terrible de l'autre côté.

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Dead Center - Autopsy of John Doe
Par : Damien Taymans


Le cadavre d’un homme non identifié vient d’atterrir à la morgue. Le légiste, avant de s’occuper de le charcuter pour comprendre les circonstances de sa mort, glisse l’étiquette "John Doe" à son gros orteil et laisse le morceau de viande froide dans sa housse. Quelques minutes plus tard, la housse s’agite et le macchabée se dresse sur ses quilles et va faire un petit tour qui le conduit dans un lit d’hôpital. Transféré dans l’aire psychiatrique étant donné son état catatonique, le patient est pris en charge par le psy de l’unité qui commence à se montrer vachement intéressé par ce suicidaire multi-récidiviste qui appelle à ce qu’on l’euthanasie avant qu’il ne commette d’autres meurtres...

Premier concurrent de la compétition 7ème parallèle, The Dead Center possède toutes les qualités pour devenir le futur lauréat de cette sélection particulière. Avec ses airs de pas y toucher et sa narration binaire, le premier film de Billy Senese est une production singulière qui parvient à créer une tension, une atmosphère malsaine à partir de quelques plans caméras à l’épaule, presque naturalistes, captés dans une aile psychiatrique regorgeant de cas désespérés. Plongé au cœur de ce lieu rempli de damnés mentaux, le patient anonyme semble aussi perdu que le psychiatre qui gère son dossier : esseulés, sans espoir de se raccrocher au monde qui les entoure, les deux hommes partagent le même désespoir, le même mal-être, ce qui conduit à la fascination du second pour le premier, au mépris des règles dictées par sa supérieure (également son ex, quand on vous dit que tout est malsain !). En parallèle, un légiste hagard contacte la famille du faux défunt et recherche partout ce cadavre qui s’est taillé de sa table d’autopsie. Ces deux pistes traquant le même individu conduisent l’un et l’autre à affronter le surnaturel et à vivre l’effroi dans un dénouement durant lequel le cinéaste lâche totalement le frein à main, abandonnant le train hypnotique utilisé jusque là.

The Dead Center, production indee singulière, est une proposition intéressante qui aurait gagné à se montrer plus percutante au niveau du script. Le réal saisit l’urgence avec sa caméra à l’épaule et donne à sa mise en scène un côté psychotique qui colle parfaitement à la situation. Le seul endroit où le bât blesse, c’est au niveau du scénario qui, convenons-en, n’est pas des plus originaux.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage