Critique de film

Midnight Meat Train

"The Midnight Meat Train"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 2008
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Ryuhei Kitamura
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h25
  • Budget : 15 millions de dollars
  • Scénariste : Jeff Buhler (scénario) / Clive Barker (nouvelle)
  • Musique : Johannes Kobilke, Robb Williamson
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Bradley Cooper, Vinnie Jones, Brooke Shields, Leslie Bibb, Roger Bart, Tony Curran
  • Récompenses : Aucune

Un photographe de presse est témoin d'un meurtre dans le métro de New-York. Il décide de prendre en chasse le criminel, un serial killer connu sous le nom de "boucher du métro"...

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Midnight Meat Train - Boucherie-charcuterie
Par : Samuel Tubez

Le cinéaste japonais Ryuhei Kitamura (Versus, Azumi) passe du côté obscur de la force en livrant ici son premier film américain. De surcroît, l’homme se mesure à un second défi de taille, puisque The Midnight Meat Train est une adaptation du « Train de l’abattoir », une des nouvelles issue des fameux « Livres de sang » par Clive Barker. Bonne surprise : au vu des multiples difficultés liées à la tâche, le réalisateur s’en tire plus qu’honorablement.

Un photographe à la recherche du « cliché qui tue » et donc de reconnaissance, va trouver un sujet en or dans le métro new-yorkais où un tueur sanguinaire semble agir en toute impunité. Poursuivant ce boucher imperturbable, le jeune artiste ne sait rien du danger et des atrocités qui l’attendent...

Constat des plus agréables : à l’issue de la projection de The Midnight Meat Train, on a le sentiment d’avoir fait un saut dans le temps vers les glorieuses eighties (et même le début des années 90) et ses réjouissantes bandes horrifiques. Kitamura s’attribue l’univers de Clive Barker en parvenant à conserver une certaine part de mystère propre à la nouvelle d’origine et ce, tout en livrant un bon petit horror flick pas piqué des hannetons. C’est que l’ambiance (très belle photographie) de l’oeuvre ici présente ainsi que les mouvements de caméra complètement dingues du réalisateur japonais emportent immédiatement l’adhésion du déviant qui sommeille en chacun de nous. Rarement l’intérieur des wagons d’un métro n’auront été aussi inquiétants et glacials, et y croiser le regard tranchant d’un Mahogany (excellent Vinnie Jones) n’est pas chose rassurante. Et pour cause : quand il s’agit de charcler, l’homme n’y va pas de main morte, percutant les crânes avec force ou découpant ses victimes comme de la vulgaire barbaque et ce, avec beaucoup de talent (normal, c’est son métier !). Kitamura en profite ainsi pour faire allègrement couler le sang et tomber les membres, offrant même au passage quelques plans que l’on peut sans hésitation qualifier de déments (comme par exemple ce joli arrachage de tête filmé en vue subjective). Pour le coup, l’association Kitamura/Barker fonctionne donc bien à l’écran, la folie visuelle du réalisateur servant de belle manière l’univers de l’écrivain. Seul bémol, le scénario se voit gonflé par d’inutiles et médiocres scènes relationnelles entre le photographe et sa fiancée. Des moments trop classiques, ajoutant quelques longueurs et nous extirpant du monde hostile et étrange régnant dans les sous-sols new-yorkais. Rien de grave cependant, car la plongée vers un monde de plus en plus surnaturel se fait bel et bien ressentir jusqu’à un dénouement on ne peut plus pessimiste.

Bien que perfectible, The Midnight Meat Train reste une œuvre éminemment sympathique grâce aux univers des deux grandes figures de l’épouvante ici réunies. La modernité de l’un sert ainsi magnifiquement les perversions de l’autre pour un résultat évoquant les meilleures adaptations de Barker (on pense ici régulièrement à Candyman). Souhaitons dès lors que les futurs traitements ciné des récits appartenant aux "Livres de sang" soient, dans le pire des cas, de cet acabit.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage