Critique de film

Tragedy Girls

"Tragedy Girls"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Horreur
  • Année de production : 2017
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h38
  • Musique : Russ Howard III
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Deux adolescentes fascinées par la mort décident de kidnapper un tueur en série pour qu’il leur enseigne les « ficelles du métier ». Le début d’une vague de crimes qui va transformer ce duo de lycéennes mal dans leur peau en véritables stars des réseaux sociaux...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Tragedy Girls - Génération perdue
Par : Damien Taymans


Passé maître dans l’art d’équarrir les corps, le Canadien Tyler MacIntyre (Patchwork) s’intéresse avec Tragedy Girls au teen movie en parachutant deux adolescentes en quête de succès sur les réseaux sociaux en tueuses en série aux méthodes farfelues. A n’en pas douter, c’est ce qui a le plus intéressé le cinéaste dans la nouvelle de Justin Olson, bien plus que la psyché de son tandem d’héroïnes réduites à de vagues stéréotypes d’"influenceuses" lambda. Obsédées par les réseaux sociaux et le nombre de followers qui en font le sel, Sadie Cunningham et McKayla Hooper, dont les patronymes évoquent ceux des créateurs de deux fleurons du genre (Vendredi 13 et Massacre à la tronçonneuse), se montrent prêtes à tout pour s’assurer la hype sur la Toile. A telle enseigne qu’elles poursuivent autant la mise en avant de leur concept (les Tragedy Girls désirent alerter la population sur les dangers que représente le tueur en série) que le dézingage de toute concurrence qui s’assimile à une entrave sur leur chemin vers le succès.

En ce sens, Tragedy Girls se rapproche d’un Fatal Games sans en atteindre la puissance dans la peinture au vitriol d’une adolescence avide de popularité. L’intérêt définitivement ne se situe pas là malgré les références au grand vide censément social que constituent les hashtags et autres streaming lives tournés en dérision par MacIntyre. Le principal atout de la péloche se situe surtout dans son déploiement de références au genre horrifique allant de la simple évocation (Martyrs et la découverte du genre européen) au pastiche fendard (Carrie, Destination finale), le tout sur une trame slasher volontairement convenue.

Qu’importe finalement si le duo d’actrices horripile, Tragedy Girls est un massacre dans le train fantôme généreux qui soutire quelques rires et applaudissements grâce à ses mises à mort aussi inventives qu’outrancièrement graphiques.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage