Critique de film

Trench 11

"Trench 11"
affiche du film
  • Genre : Horreur, Thriller, Guerre
  • Année de production : 2017
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Canada
  • Durée : 1h30
  • Musique : Mark Domitric, Kevin Krouglow, Ryan McLarnon, Tom Westin
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Dans les derniers jours de la Première Guerre mondiale, les Allemands ont développé une arme biologique bien plus meurtrière que toutes les précédentes. Les Alliés envoient donc un canadien "tunnelier" derrière les lignes ennemies afin de détruire l'arme une bonne fois pour toute.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Trench 11 - Le cul entre deux tranchées
Par : Quentin Meignant


Récompensé à quatre reprises lors du Toronto After Dark pour son Trench 11, Leo Scherman ne s’attendait sans doute pas à pareil succès pour son retour dans le domaine du long métrage, lui qui avait avant tout oeuvré sur nombre de séries. La présence de son film au BIFFF 2018 n’avait donc rien du hasard, les organisateurs ayant placé la barre très haut en matière de programmation. Trench 11 voit son action prendre place à la fin de la guerre 14-18 et suit un groupe de soldats alliés qui est envoyé derrière les lignes pour trouver les tranchées ennemies. Ce qu’ils ignorent, c’est que les Allemands ont développé une arme bactériologique virulente et très dangereuse.

Prenant place à une période importante de notre histoire moderne, Trench 11 commence par briller au niveau de sa reconstitution historique, s’inspirant bien entendu de faits réels mais exposant surtout avec un certain brio l’ambiance de l’époque et les relations tendues entre les différents intervenants politiques et militaires. Cette bonne impression laisse néanmoins place à une certaine stupéfaction lors de la mise en images des champs de bataille, ceux-ci paraissant trop proprets que pour exposer les faits monstrueux de la Grande Guerre.

Cette impression de propreté perdure tant et plus et s’insinue même dans l’univers des tranchées dont le "charme" intérieur et le manque de poussière laissent presque rêveur. Le décor de ce huis-clos étant déjà totalement erroné, il est par ailleurs difficile d’entrer réellement dans l’atmosphère voulue par Leo Scherman. Jouant sur quelques effets horrifiques trop peu présents et s’appuyant sur une brochette de personnages assez caricaturaux et développés de manière totalement manichéenne, le réalisateur ne parvient donc jamais à susciter un quelconque effroi, but pourtant avoué des manoeuvres.

Hormis la qualité de sa mise en scène, Trench 11 est décidément le genre d’oeuvre qui se plante royalement au sujet du ton employé. Si le travail des faits historiques est appréciable, le manque de réalisme des décors ne peut que laisser circonspect et blaser petit à petit le spectateur.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage