Critique de film

Wolverine : le combat de l'immortel

"The Wolverine"
affiche du film
  • Genre : Action, Fantastique
  • Année de production : 2013
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 2h06
  • Scénariste : Christopher McQuarrie
  • Musique : Marco Beltrami
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Hugh Jackman
  • Récompenses :

Wolverine, le personnage le plus emblématique de l’univers des X-Men, est entraîné dans une aventure ultime au cœur du Japon contemporain. Plongé dans un monde qu’il ne connaît pas, il doit faire face au seul ennemi de son envergure, dans une bataille à la vie à la mort. Vulnérable pour la première fois et poussé au bout de ses limites physiques et émotionnelles, Wolverine affrontera non seulement l’acier mortel du samouraï mais aussi les questions liées à sa propre immortalité.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Wolverine : le combat de l’immortel - Petite partie de solitaire
Par : Damien Taymans

Pour sa seconde échappée du peloton des mutants (après le faiblard X-men origins : Wolverine), Wolverine se voit propulsé dans le Japon contemporain, quelques décennies après avoir survécu à Nagasaki. C’est que le teigneux aux griffes d’adamantium a dû, durant ces longues années, composer avec l’immortalité qui le confine au rang de paria, d’étrangeté inhumaine, de mutant marginal. Loup solitaire endeuillé par la mort de Jean Grey (le nanardesque X-men : l’affrontement final), Wolverine ne pénètre le monde des humains que pour affirmer son empathie pour un grizzly, lâchement assassiné d’une flèche empoisonnée. Le tandem de scénaristes Mark Bomback-Scott Frank conserve donc l’exploration des tourments d’un héros fatigué de sa condition, une idée couchée initialement sur papier par Chris McQuarrie (reprenant à son compte l’un des épisodes les plus marquants du comic book troussé par Frank Miller et Chris Claremont) qui quitte le navire quelques mois après l’abandon de Darren Aronofsky. Mais cette plongée dans la psyché du héros s’accompagne, en périphérie, d’une pluralité d’intrigues et sous-intrigues conviant des épouvantails, à même de gonfler le cahier des charges du blockbuster vitaminé. Se succèdent ainsi à l’écran une troupe de ninjas contraints de conserver le masque et d’agiter le katana, la mutante Vipère à la langue bien fourchue mais au charisme qui s’écaille et un super-vilain robotique, sorte d’enfant bâtard entre les kaijus de Guillermo et une figurine de Transformers. Wolverine, guerrier silencieux, se doit de redevenir un soldat, comme le lui signale sa complice Yukio (joli brin de fille que cette Rila Fukushima).

Autant de menaces qui écartent Wolverine de son propre cheminement intérieur, perverti par une vulnérabilité physique qui tombe comme un postiche dans une soupe scénaristique déjà généreuse en incohérences et autres caractérisations expéditives. Quitte à taper la brasse dans le potage, Mangold se paie l’une ou l’autre séquence d’action capable de relancer l’attention du spectateur jusqu’à l’assaut final compensant à lui seul la carence en pétarades de l’ensemble. Le combat de l’immortel prend parfois des allures de bataille de cours de récré alors que le seul chemin de croix vécu par Wolverine suffisait à restituer au mutant son aura bestiale, sa personnalité perturbée, sa fragile invincibilité. A en refaire le colosse aux pieds d’argile qui collait à merveille au personnage dans le film originel de Bryan Singer qui avait érigé une figure faillible voire potentiellement dangereuse pour lui-même et ses proches. L’humanisation du monstre, nouvelle pierre d’achoppement des films de super-héros, aura donc failli gagner un des ténors de l’écurie Marvel, plus encline à polir ses artifices qu’à explorer les tréfonds des âmes de ses héros.

Wolverine : le combat de l’immortel réhabilite le griffu et lui redonne l’envergure qui lui avait cruellement manqué devant la caméra de Gavin Hood. Paradoxe extrême : c’est lorsque l’ermite chemine loin de sa communauté qu’il perd de son éclat et sa stature. La solitude ne sied définitivement pas au teint de Wolverine...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage