Critique de film

pub

Cult

"Cult"
affiche du film

Une star de la télé enquête sur un exorcisme pour une nouvelle émission à sensation...

pub


Trailer - Cult (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Cult - Paranormal Incident
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2013

Côté Hexagone, quand on sait plus comment faire grimper les courbes d’audience en ressortant les vieilles idoles schlinguant la naphtaline, on les parque dans une ferme ou dans la jungle et on s’arrange pour les ex-starlettes se mènent une gue-guerre dans le purin ou dans une quelconque savane. Un concept qui dépasse l’entendement pour les Japonais qui préfèrent faire reluire le strass en optant pour du sensass’ : les poupées Mari, Mayuko et Yu plongent leurs mimines dans l’occulte (aucune allusion sexuelle, c’est pas le genre de la maison) et suivent les pérégrinations d’un exorciste capable, en deux ou trois effets de manches (qu’il a amples) de marabouter n’importe quel démon. Ou pas loin. Toujours est-il que cette petite expédition partie pour être palpitante tourne bientôt à la virée cauchemardesque au royaume des ombres maléfiques. Et elles aussi sont plutôt amples...

Koji Shiraishi n’est pas né de la dernière ondée. Il est d’ailleurs responsable de quelques bruines (The Curse, A Slit-Mouthed Woman) et d’une averse (le torture-porn ero-goru Grotesque, interdit par la perfide Albion) horrifiques sur la production nippone. D’ici à là, le sieur s’est forgé une solide réputation à l’internationale et s’il s’associe avec les producteurs de The Ring, The Grudge et de Dark Water, ce n’est pas pour brosser une énième tignasse de chevelues livides ou de marmots au teint d’aspirine au vagissement strident pour seul mode d’expression. L’eau noire s’est suffisamment répandue sous les ponts, le mercure de l’épouvante s’est désormais bloquée à un autre niveau, encore plus bas. Celui du règne de l’invisible. Celui du spectre farceur qui joue les chefs d’orchestre à partir d’une simple batterie de cuisine. Celui des fantômes exhibitionnistes dévoilant leur absence devant une kyrielle de caméras de surveillance munies de vision infra-rouge, de capteurs de mouvement et d’enregistreurs de Le monde enchanté du found footage avec son quota de plans inertes et de jump scares prévisibles.

Mais si Cult prend les atours d’un found footage lambda, c’est pour mieux se débarrasser des oripeaux traditionnels de cette nouvelle tendance cinématographique. Mis à part quelques séquences retransmises par le biais de vidéo surveillance (les séquences en extérieur notamment), le métrage adopte une narration classique et entre dans l’arène pour donner à voir une substance clairement identifiable. Ainsi, le croisement entre les univers de Poltergeist et Paranormal Activity avancé par la production se justifie à mesure que les minutes s’égrènent et que la forme indigente du documenteur classique ne s’effeuille pour céder sa place à une introspection naturaliste, menée caméra à l’épaule pour adhérer corps et âme au drame, d’une famille frappée par une étrange et tenace malédiction prompte à anéantir l’exorciste le plus aguerri. C’est qu’une tripotée d’entités néfastes s’agitent autour de la maisonnée et entend bien faire de la petite Kaneda un martyr voire un réceptacle pour une force suprême, quitte à anéantir les exorcistes de Tokyo et de Navarre.

Sans convaincre, Cult offre du spectacle et des rebondissements assez chiadés que pour susciter l’intérêt, à la différence du miasme engendré par PA et ses multiples suites et décalques.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage