Critique de film

pub

Cure

"Cure"
affiche du film
  • Année de production : 1999
  • Réalisateurs : Kiyoshi Kurosawa
  • Scénaristes : Kiyoshi Kurosawa
  • Acteurs : Masato Hagiwara, Koji Yakusho, Tsuyoshi Ujiki
  • Musique : Gary Ashiya
  • Genre : Thriller - Serial killer
  • Pays d'origine : Japon, USA
  • Durée : 1h55
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Programmation Cinebel
  • Récompenses : Nominé comme Meilleur Acteur secondaire (Masato Agiwara) aux Awards of the Japanese Academy 1998 Meilleur Acteur (Kôji Yakusho) aux Blue Ribbon Awards 1998 Meilleur Acteur (Kôji Yakusho) aux Hochi Film Awards 1997 Meilleur Film et Meilleur Acteur de second rôle (Masato Hagiwara) aux Japanese Professionnal Movie Awards 1998 Meilleure Direction Artistique (Tomoyuki Mauro) au Mainichi Film Concours 1999 Meilleur Acteur (Kôji Yakusho) au Tokyo International Film Festival 1997 Meilleur Réalisateur, Meilleur Film, Meilleur Acteur de Second Rôle (Ren Osugi) au Yokohama Film Festival 1999

Un officier de police, Takabe, enquête sur une série de meurtres dont les victimes sont retrouvées avec une croix gravée dans le cou. Les meurtriers sont à chaque fois arrêtés mais si tous avouent leur crime, aucun n'a un mobile valable. En somme, c'est un acte de pure démence qui les a poussés à agir. Un jour, un jeune vagabond est arrêté près de l'endroit où a été retrouvé le dernier corps. Il est vite identifié comme un ancien étudiant en psychologie, devenu fou et ayant d'inquiétants pouvoirs hypnotiques lui permettant de pousser des gens à commettre des actes criminels...

pub


Trailer - Cure (1999)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Cure - Une bonne cure d’angoisse
Par : Damien Taymans

Kurosawa signe avec Cure un thriller horrifique (à la limite du fantastique) réellement réussi. Il use habilement de sa technique : il glisse de longs plans inquiétants en travellings vertigineux. Le rythme adopté est d’une lenteur extrême et cette absence considérable d’action nous plonge dans une léthargie semblable à celle de Mamiya. Une fois confortablement installés dans l’ambiance du film, on ressent cette atmosphère pesante, mise en place par la sobriété des décors, le poids des plans et la bande sonore envoutante.

A l’instar des malheureuses victimes de Mamiya (dans le rôle duquel Masato Hagiwara excelle), nous voilà rapidement hypnotisés, plongés dans un monde dont on ne sait plus très bien s’il est réel ou irréel. Les décors y jouent un rôle non négligeable : tout est désert (la plage, les couloirs), tout est sombre (la geôle de Mamiya), tout est dénué de décorations (l’intérieur sobre des victimes). Réduits à leur plus simple nature, les lieux nous hantent et nous précipitent dans un puits sans fond.

Kurosawa nous amène enfin à nous rallier à sa thèse : pour s’affranchir complètement de toute contrainte morale ou sociale (comme celle que vit quotidiennement le policier Takabe avec sa femme), il n’existe que peu de solutions : se suicider, sombrer dans la folie ou tuer l’autre.

Cinéphiles, à vos lecteurs ! Simples spectateurs, s’abstenir !

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 17842 photo 17843 photo 17844 photo 17845 photo 17846 photo 17847
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage