Critique de film

pub

Cut

"Cut"
affiche du film

Un groupe d'étudiants en cinema, emmené par la dynamique Raffy, décide de terminer un film d'horreur laisse inachevé quatorze ans auparavant, après que sa réalisatrice, Hilary Jacobs, ait été sauvagement assassinée. En dépit de la désapprobation de leur professeur M. Lossman, jadis assistant a la mise en scène sur Hot Blooded, le film interrompu, les étudiants sont enthousiastes. Ils parviennent a convaincre Vanessa Turnbill, la star du film, de revenir jouer son rôle. Mais le tournage, dans une maison isolée de tout, va être... mortel.

pub


Trailer - Cut ! (2000)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Coupez ! - Z’ont coupé dans l’scénar ou quoi ?
Par : Damien Taymans

Une adolescente rentre chez elle et prend une douche avant de se rendre dans sa chambre où repose son chat, épuisé par une journée de dur labeur (ben dormir et faire sa toilette douze fois par jour, c’est crevant, faut pas croire). L’adolescente décide de se mettre au lit et, pour ce faire, déplace le félin qui est, ô horreur, éventré. Un coup de fil retentit : une voix de stentor déclame « Tu vas mourir » avant que l’individu ne fasse irruption dans la chambre de sa victime pour lui trancher la gorge.

Ce préambule ressemble un peu à un mauvais Scream, non ? Pour cause, puisque l’entrain du meurtrier masqué est troublé par un « Coupez ! » émanant de la bouche de la réalisatrice du film. Avilissement du comédien de pacotille interprétant le meurtrier en question par une réalisatrice humiliante et une starlette jouant les divas. Mais l’acteur aura sa revanche puisqu’il zigouille deux minutes plus tard sa patronne avant de mourir, transpercé par sa propre cisaille. Voyage dans le temps. Douze ans après, un professeur met en garde ses élèves qui souhaitent donner une fin à ce film qui n’a fait connaître à ceux qui ont essayé pareille entreprise que torture et mort…

Commence alors le procédé habituel de la production horrifique mettant en scène des ados écervelés : malgré les nombreuses mises en garde, les jeunes transgressent les interdits et s’ensuivent des meurtres perpétrés par un illustre inconnu, amenant la position dubitative très convenue du : « C’est réel ou est-ce que le film est maudit ? ».

Premier long métrage de Kimble Rendall, l’Australien, qui fut également réalisateur de seconde équipe sur des films comme Matrix Revolutions, I-Robot ou encore Ghost Rider. Ces trois paragraphes liminaires que je vous ai infligés pourront déjà vous éclairer sur le caractère filiforme du scénario, exploité maintes et maintes fois par les trublions du Z. A priori, quand on ne sait pas quelle intrigue créer dans un film d’horreur, on tire la vieille ficelle du : « Et si on faisait un film où des jeunes font un film d’horreur et sont assassinés à leur tour ? » et le producteur de s’écrier : « Ca, c’est une bonne idée, ça ! »…

Alors voilà, nouvelle exploitation d’un concept surexploité et nouvelle visite des ingrédients qui le composent : difficile équation entre réalité et fiction, mauvais acteurs qui jouent à être encore plus exécrables, mise en abyme quelque peu foireuse, étalage des plus grands titres (histoire de faire croire qu’on a de vraies références), délicate alliance entre horreur pure et humour lourdingue. Coupez ! rassemble absolument tous ces éléments et pas toujours de la plus belle des manières…

Certes, les assassinats sont légion et font preuve d’une belle inventivité (têtes tranchées, langue coupée, combustion des corps, …) mais l’ensemble, pour amusant qu’il est à certains moments, ne parvient jamais à se démarquer des multiples exemples préexistants. Pire, en élaborant une telle réflexion sur le cinéma Z, il frise l’autodestruction et se brûle lui-même les pattes. En outre, il renvoie une image décomplexée (comme toutes les œuvres sur le thème) mais profondément hypocrite, se targuant d’une dimension intellectuelle calfeutrée sous des dehors grandiloquents (au contraire de Fanatique qui s’amusait à lancer ses références à la pelle, se moquant du qu’en-dira-t-on…)

Et le meurtrier de s’exclamer : « C’est ça, la magie du cinéma ! », devant l’étonnement des victimes vis-à-vis de sa résistance aux balles, et nous de renchérir en arrêtant ce film au discours enfantin et aux propos pédants.

En somme, Coupez ! réussit à distraire son homme en lui proposant tous les principes du mauvais slasher américain (humour décalé et meurtres à gogo). Mais le métrage souffre de son manque d’originalité et du discours gagatisant qu’il distille. Et ce n’est pas la furtive présence de Kylie Minogue, de retour au pays, qui sauvera le film…

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 28730 photo 28731 photo 28732
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Hellboy
2019
affiche du film
Five Fingers for Marseilles
2017
affiche du film
The Unthinkable
2018
affiche du film
Deadtectives
2018
affiche du film
Iron Sky 2 : The Coming Race
2019
affiche du film
American Animals
2018
affiche du film
Simetierre
2019
affiche du film
In Fabric
2018
affiche du film
Domestik
2018
affiche du film
Aniara
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage