L’IMAGE DU JOUR

DRACULA, LE MYTHE RACONTE PAR BRAM STOKER

6 octobre 2010 | Par : Damien Taymans

Titre Dracula, le mythe raconté par Bram Stoker

Scénario Pascal Croci, Françoise-Sylvie Pauly

Dialogues Françoise-Sylvie Pauly

Dessins et couleurs Pascal Croci

Année 2007

Editeur EP Editions

Année d’édition 2007

Note 6,5/10

Résumé

Bram Stoker - Seriez-vous superstitieux, mon cher ?
L’archiviste - En théorie, non. Je n’accorde aucune foi à ces choses-là, Monsieur ! Cependant, j’ai mené ma propre enquête...

Dans une ambiance terrible et crue, on assiste à la naissance du mythe de Dracula. L’album de la maturité pour Pascal Croci et un hommage à la littérature gothique et fantastique.

Déjà auteurs de Dracula, le prince valaque Vlad Tepes, Pascal Croci et Françoise-Sylvie Pauly continuent à explorer l’existence du mythique suceur de sang avec Dracula, le mythe raconté par Bram Stoker. Comme son nom l’indique, l’album s’intéresse cette fois à un récit plus romancé et, de fait, moins historique et documenté. La trame s’attache, à peu de choses près, à celle tissée par le romancier irlandais à la fin du XIXème siècle. Fasciné dès l’adolescence par le roman originel (qu’il découvre suite à la vision de La marque du vampire de Tod Browning), Pascal Croci devra patienter plus de vingt ans avant de pourvoir coucher sur papier ce fantasme romantique.

Puisant son inspiration dans le métrage de Browning et Le bal des vampires de Roman Polanski, Croci édifie un cadre crasseux et ténébreux qui contraste avec les élucubrations esthétiquement léchées d’autres auteurs qui amoindrissent la portée gothique de l’œuvre en cultivant le Beau. Les mots de la bande dessinée appartiennent donc à Stoker quand les traits incombent à l’un de ses admirateurs qui, plutôt que de coller drastiquement aux mots et situations, construit autour de ses personnages un cadre inquiétant et étouffant. L’auteur se concentre essentiellement sur les passages qu’il considère comme les plus marquants du roman, à savoir le voyage de Jonathan Harker dans les Carpates, son séjour au château et la morsure de Lucy. Il livre ainsi une version singulière, celle de sa propre lecture du roman de Stoker. Une vision qui refuse la copie pure et simple et préfère privilégier l’ambiance macabre du matériau de base.

Le récit est articulé autour de trois personnages centraux, Harker, Mina et Van Helsing, représentant respectivement la naïveté, la soumission et l’action. Dracula, quant à lui, est étonnamment physiquement absent de l’histoire et n’intervient que sous forme d’ombres et de statues : l’auteur préfère conférer au comte la dimension sacrée qu’il acquiert dans la mythologie vampirique grâce aux non-réfléchissements dans les miroirs.

Ce conte sans comte se révèle parfois complexe en raison de son refus de la reproduction et de la favorisation de la suggestion. Romantique jusqu’au bout, ce deuxième tome du diptyque valaque du couple Croci-Pauly fonctionne en continu de la première partie plus "historique" et s’avère, au niveau narratif du moins, moins convaincante. Néanmoins, on ne pourra bouder son plaisir devant les fabuleux dessins d’inspiration gothique de Croci qui retranscrit à merveille les décors en ruines et décombres de la Transylvanie de Vlad Tepes.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage