Critique de film

pub

Destination Finale 4

"The Final Destination"
affiche du film

Alors que Nick et ses amis s'apprêtent à s'amuser devant une course automobile, celui-ci a une prémonition horrifiante : un terrible concours de circonstances fait voler en éclat une voiture de course, projetant des débris enflammés qui achèvent brutalement ses amis et fait s'écrouler sur lui une rangée des tribunes. En proie à la panique, Nick parvient à convaincre sa copine Lori et leurs amis Janet et Hunt de quitter les tribunes seulement quelques secondes avant la réalisation de son effroyable vision... Persuadés d'avoir échappés à la mort, le groupe d'amis semble avoir une seconde chance mais malheureusement pour Nick et Lori, ça ne fait que commencer. Alors que ses prémonitions se poursuivent et les survivants commencent à mourir les uns après les autres - de façon de plus en plus brutale - Nick doit trouver le moyen d'échapper à la mort une fois pour toute, à moins d'atteindre, lui aussi, sa destination finale.

pub


Trailer - Destination finale 4 (2009)
Par : Damien Taymans


DESTINATION FINALE 4 (3D) : BANDE-ANNONCE VF par baryla

Les critiques à propos de ce film

Critique de Destination finale 4 - La course à la mort de l’an 2009
Par : Damien Taymans

En 2000 sortait sur les écrans Destination finale, premier long métrage du réalisateur James Wong, alors réputé pour son travail de scénariste sur les séries X-files et Millenium. Adeptes des gimmicks sur lesquels reposent des œuvres entières, Wong et Glen Morgan, le futur réalisateur des remakes Willard et Black christmas, désossent un concept pondu par Jeffrey Reddick et échafaudent ensemble une histoire de fatalité morbide qui frappe les rescapés d’un accident d’avion. L’épisode, point de départ du récit, est tiré d’un fait divers réel, celui du crash du vol TWA 800 qui s’est déroulé en 1996 à New York, quelques minutes après le décollage de l’appareil de l’aéroport JFK. En convainquant certains de ses condisciples de sortir de l’appareil à la suite d’un rêve prémonitoire, le jeune Alex Browning a déjoué les plans de la Mort qui va dès lors s’escrimer à rattraper le coup en zigouillant un à un les heureux survivants de cette catastrophe préprogrammée. S’enchaînent des accidents plus rocambolesques les uns que les autres tandis que le héros tente d’enrayer les plans de la Grande Faucheuse en protégeant les potentielles victimes. D’une logique implacable, le planning mortuaire s’échelonne selon l’ordre des décès de l’accident originel et tout chamboulement de cet ordre sauve définitivement la peau du cadavre en puissance, jusqu’à ce que le sort n’en décide autrement. L’argument fantastique, remarquablement utilisé, donne naissance à une série de séquences morbides extrêmement graphiques où sang et tripes se mélangent dans un feu d’artifice sanguinolent qui prépare doucement le terrain aux futurs torture porns. A la fois effrayant et ludique, Destination finale ravit un public qui redécouvre les entertainment sanglants et leur voue un indéfectible amour.

Fort de ce succès (plus de 30 millions de dollars de bénéfice), New line réenclenche la féroce mécanique qui ne varie plus d’un iota d’un épisode à l’autre. Alternativement, James Wong (pour le premier et le troisième tomes) et David R. Ellis (pour les volets 2 et 4) resservent les mêmes ingrédients : une catastrophe à laquelle échappent une poignée de vernis, des accidents de plus en plus farfelus et gore et un plan démoniaque, dénué de toute logique, à déjouer. Réduit à son plus simple appareil, le procédé finit par lasser. Tant et si bien que ce quatrième volet de la franchise doit se parer des ornements de la 3D pour attirer un public de plus en plus méfiant à l’égard de ces mascarades filmiques. Sans surprise, à l’instar des récents Scar et Meurtres à la Saint-Valentin, Destination finale 4 capitalise essentiellement sur lesdits effets stéréoscopiques et privilégie la forme à un fond déjà fortement épuisé, au point de permettre à la Mort d’investir « en live » la salle de cinéma (véridique : un spectateur faillit s’étouffer par abus de pop corn durant la séance). Au crash du vol 180, à la spectaculaire collision de l’autoroute A23 et aux dérèglements des montagnes russes du Diable succède donc une course automobile décapante à laquelle vont échapper une poignée de spectateurs qui doivent rivaliser d’ingéniosité pour échapper ensuite à leur funeste destinée.

Autant dire que le concept, déjà largement rebattu, n’intéresse plus grand monde et que le gimmick du 3D commence également à filer la migraine aux cinéphiles étourdis par la consternante facilité dans laquelle se réfugient les utilisateurs du procédé. Pis, Destination finale quatrième du nom constitue le plus affligeant épisode de la franchise, en ce sens qu’il s’avère bien incapable de se montrer un tant soit peu original et se contente à l’inverse de réchauffer une bouillie qui a dépassé sa date de péremption. Au programme, des exécutions peu inventives (un comble pour une saga qui en fait son point d’orgue), des effets visuels médiocres, une intrigue enflée par les stéréotypes et une utilisation fainéante de la troisième dimension qui se voit réduite à l’envoi de l’un ou l’autre élément (cailloux, tournevis et tutti quanti) vers une assistance blasée de cet attirail de parc d’attractions.

La franchise Destination finale, coincée dans ses propres engrenages, tente le tout pour le tout afin de se redorer le blason : lifting du 3D, fun-attitude et jeux de devinettes (la conduite simultanée de scènes d’eau censée accroitre la tension) ne suffisent pas à effacer une ardoise déjà bien remplie.

Commentaires sur le film

0 etoiles

10 avril 2010 à 18:04

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 18826 photo 18827 photo 18828 photo 18829 photo 18830 photo 18831 photo 18832 photo 18833 photo 18834
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage