Critique de film

pub

Dog Soldiers

"Dog Soldiers"
affiche du film
  • Année de production : 2002
  • Réalisateurs : Neil Marshall
  • Scénaristes : Neil Marshall
  • Acteurs : Sean Pertwee, Liam Cunningham, Kevin McKidd, Emma Cleasby, Thomas Lockyer
  • Musique : Mark Thomas
  • Genre : Aventures, Horreur
  • Pays d'origine : Angleterre, Luxembourg
  • Durée : 1h45
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Programmation Cinebel
  • Récompenses : Meilleur DVD aux Saturn Awards 2003 Golden Raven et Pegasus Awards au Festival du Film Fantastique de Bruxelles 2002 Nominé comme Meilleur Film Fantastique Européen au Cynénigma (Luxembourg) 2003 Grand Prix d'argent du Film Fantastique Européen � Cynénigma 2002 Nominé comme Meilleur Nouveau Réalisateur aux Empire Awards 2003 Nominé comme Meilleur film � Fantasporto 2003 Nominé comme Meilleur Film au Festival de Sitges 2002

Des soldats britanniques sont envoyés dans la lande écossaise. Là, ils devront lutter contre des loups-garous.

pub


Trailer - Dog soldiers (2002)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Dog Soldiers - Dogs eat men
Par : Gore Sliclez

Premier long métrage du génial réalisateur anglais, c’est également celui qui allait le révéler aux yeux de la critique internationale mais aussi au public spécialisé.

Dog Soldiers est avant tout le film d’une génération avec un réalisateur et des acteurs trentenaires, grands espoirs du cinéma anglais. On notera notamment la présence de Sean Pertwee, mal en point ici, « scream king » qui allait débuter une série hilarante de victimes consentantes pour les films d’horreur.

Adorateur des films de Loups-garous, Neil Marshall se fait, et NOUS fait plaisir avec ce mythe revisité quelque peu pour la bonne cause. Exit les transformations (pas toujours très réussies) qui se voulaient réalistes et impressionnantes comme Hurlements (1981) de Joe Dante ou Le Loup-garou de Londres (1981) de John Landis et place donc à une bébête nouveau genre se situant entre le chien pour la tête et un corps plus hominidé haut de deux mètres.

Mais ce qui différencie surtout le film de Marshall des autres films du genre c’est surtout son intrigue. Calqué sur le Zoulous (1964) de Cy Endfield, le film décrit la prise d’assaut d’un cottage par une meute de Loups-garous. Quelques soldats repliés dans la demeure tentent de survivre à l’attaque hors normes via tous les moyens du bord et ce jusqu’au petit jour. Et puis nous cesserons de citer les œuvres références du film en terminant par Predator de Mc Tiernan via cette scène de poursuite dans les bois très impressionnante. Pour info le film fut tourné au Luxembourg. Tant qu’ils ne passent pas la frontière hein…

Scènes gore inégales, scènes de combat impressionnantes, Neil Marshall nous plonge dans un film énergique, nerveux et terriblement angoissant. Et ce film ne serait pas so british s’il n’y avait pas cet humour piquant toujours tant apprécié.

Ne révolutionnant fondamentalement rien dans le genre, Neil Marshall parvient néanmoins avec Dog Soldiers à ressusciter avec succès le genre grâce à un certain réalisme et beaucoup de talent sans passer par des artifices plus numériques comme le blockbuster Underworld. Les prémices talentueux du réal annonçaient déjà The Descent, chef d’œuvre qui allait trois ans plus tard introniser Marshall en tête du célèbre Splat Pack.

Commentaires sur le film

fabuleux

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

fabuleux ce que l’on peut faire avec un petit budget, ce film est un petit bijou qu’il ne faut pas rater !

1er septembre 2010 à 22:09 | Par lebordeluche
Plus drôle qu’Evil Dead.

2 etoiles

Que les fans de Loup-garous soient prévenus : cet assaut on predict aliens-garous n’est qu’un gros prétexte à une franche déconnade. Ce genre d’humour décalé est toujours bon à prendre. Mais le clin d’oeil à Joe Dante (les loups-garous de Dog Soldiers, à l’image des gremlins, craignent le flash d’un appareil photo) nous rappellent en substance qu’on flippe que dalle, et qu’on est bien plutôt plongé dans une ambiance de fond à la Guy Ritchie du "Snatch", qu’à la John Landis. Bref, fou rire garanti pour peu qu’on soit sensible à ce genre d’humour mordant, ici B de chez B, et qui va jusque dans un gore décalé (recoller des tripes à l’air à la super glue, vous y aurez pensez vous ?). En revanche, pour le grand frisson lycanthropique et la maîtrise de la caméra à l’épaule.. la vache..

18 septembre 2011 à 17:09 | Par Fred Bau

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 19097 photo 19098 photo 19099 photo 19100 photo 19101 photo 19102
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage