Critique de film

pub

Escape Game

"Escape Room"
affiche du film

Six personnes n’ayant rien en commun se retrouvent enfermées dans un jeu grandeur nature et devront trouver des indices ou mourir…

pub


Trailer - Escape Game (2019)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Escape Room - Y a de la merde dans le cube
Par : Damien Taymans

Scénariste de Paranormal Activity : Ghost Dimension et metteur en scène de L’étrange cas Deborah Logan et d’Insidious : la dernière clé, Adam Robitel persévère dans sa conquête de la médiocrité horrifique avec cet Escape Room qui ne fera certainement pas date. Malgré ce que le logo de la boîte de prod (Original Film) semble annoncer, le concept n’a rien de décapant et ne possède pas la moindre originalité étant donné que les fameuses jeux d’évasion ont déjà été exploités précédemment au cinéma. Deux ans auparavant déjà, l’homonyme Escape Room exploitait plutôt adroitement le filon en confinant dans le même espace clos quatre joueurs et un serial killer possédé dont la chaîne se débloquait au fur et à mesure que le temps s’égrenait, lui permettant ainsi de se rapprocher de ses victimes.

Dans le présent film, six étrangers se voient invités à un jeu inouï qui garantit son lot de sensations fortes et de complexité, le genre d’expérience que les plus audacieux ne peuvent refuser. Réunis dans une même pièce, ils se rendent rapidement compte que le jeu a d’ores et déjà commencé et que les conséquences s’avèrent létales pour ceux qui échoueraient à trouver à temps la clé pour s’extirper de ladite salle. Ce qu’ils ignorent encore, c’est qu’après cette pièce, il en reste une kyrielle d’autres...

Le script tissé par Bragi Schut (Le Dernier des Templiers) et Maria Melnik (l’une des scribouillardes d’American Gods) enquille les mauvais choix et les caractérisations lourdingues. Dès l’entrée, l’aboutissement du scénario est dévoilé... Étrange choix, on se dit alors que l’intérêt de l’oeuvre doit se situer ailleurs, dans les multiples rebondissements qui parsèment l’épineuse route des personnages vers l’évasion finale. Autre faux pas : malgré une volonté patente de marcher dans les pas de quelques prédécesseurs comme Cube, Saw, The Game voire même Intacto..., Escape Room s’enlise à chaque nouveau tableau à force de vouloir voir plus grand, frapper plus fort, quitte à perdre toute crédibilité. Enfonçant constamment des portes ouvertes et se croyant visiblement si malin que toutes les excentricités sont permises, les scénaristes placent même in extremis un twist et se lancent dans un dénouement capillotracté pour séduire les plus endurcis des complotistes.

En résulte un incroyable nanar. Un vrai, un pur, un de ces films qui se prend vachement au sérieux et manque constamment toutes ses cibles. Escape Room est une arnaque plutôt bien emballée, visiblement emballante pour de nombreux spectateurs comme en attestent les scores réalisés au box-off mondial, un roller coaster vaguement horrifique dénué d’originalité et de fun qui capitalise sur un concept en vogue pour susciter l’engouement fiévreux de la foule. Le métrage n’est qu’une resucée de tous ces huis clos tendus qui ont fait fureur ces quinze dernières années mais ne parvient au final qu’à en recycler tièdement les idées jusqu’à en devenir grotesque et inoffensif...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 56853 photo 56852 photo 56851
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019
affiche du film
Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
2019
affiche du film
La Malédiction de la Dame blanche
2019
affiche du film
Avengers: Endgame
2019
affiche du film
Dragged Across Concrete
2018
affiche du film
Little Monsters
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage