Critique de film

pub

Fortress

"Fortress"
affiche du film

En 2018, la Terre est en crise à cause de la surpopulation. Une règle est instaurée: chaque famille ne peut avoir qu'un seul enfant. John Brennick et sa femme Karen enfreignent cette règle en raison de la mort de leur premier enfant; ils sont condamnés à la prison à vie dans une prison à sécurité maximum de la société MENTEL. Personne n'a réussi a s'en évader, c'est pourquoi on l'appelle LA FORTERESSE.

pub


Trailer - Fortress (1993)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Fortress - Bebert s’en va-t’en guerre...
Par : Chroniqueurs

Par Dante

Ah, les années 90, époque bénie des séries B bien bourrines, où l’on se devait de déverser des litres de sang, sous couvert de scénarios prétextes, le tout à la gloire d’acteurs pas plus expressifs que ma théière.

Stuart Gordon est bien entendu un des fers-de-lance de ce cinéma de genre toujours sincère, et qui faisait le bonheur, et le fait toujours, des geeks dans mon genre. Après le cultissime Re-animator, monument de gore à la légèreté assumée, Gordon nous livrait une œuvre de science-fiction dans la lignée des Universal Soldiers ou des Absolom 2022. Lançant notre Christophe Lambert à nous dans une prison futuriste d’où il est impossible de s’échapper, Gordon nous expédie alors en quelques minutes les bases de l’intrigue pour nous jeter en pâture ce que nous aimons : des gueules pas possibles, comme Jeffrey « Herbert West » Combs ou encore Kurtwood Smith en méchant très méchant. Et au programme : personnages caricaturaux, scénario squelettique, dialogue hautement philosophique, décor simpliste et effets spéciaux vieillis. Fortress a tout de la bonne grosse série B à l’américaine qui fleurissaient à l’époque.

Mais n’est pas Gordon qui veut. Malgré le genre où Fortress s’inscrit, le film dépasse quand même ses confrères d’une tête par un sens du découpage qui donne au film un rythme effréné (même si on peut lui reprocher quelques longueurs), une mise en scène intuitive (qui n’est pas non plus transcendantale mais qui suffit à illustrer son propos). Et une violence assumée, comme en témoignent les nombreuses scènes d’actions où le sang gicle généreusement. Le tout saupoudré d’un humour cradingue et accompagné de l’habituelle psychologie de bas étage où des héros sans peur ni reproche se battent pour des idéaux aussi divers que la liberté, l’amitié ou l’amour.

Mais que serait Fortress sans l’inénarrable Christophe Lambert, héros monolithique, défenseur de l’opprimé et révolutionnaire à ses heures ? Possédant en tout et pour tout trois expressions faciales : la peur, la joie, la colère, le grand héros d’actionner devant l’éternel, toujours aussi drôle à son insu, le grand Lambert porte ici le film sur ses épaules par son interprétation hautement travaillée.

Certes, on ne peut pas disserter longtemps sur Fortress, car même s’il aborde quelques thèmes aussi vastes que l’asservissement, la dictature, etc…, ceux-ci s’inscrivent tous dans une volonté d’éviter au film de sombrer dans la série Z complètement débile.

Fortress est donc un bon gros film de geek, sincère et toujours drôle pour des fans décomplexés de films d’action bourrins, et pour les rares (mais je sais qu’ils existent) fans de Christophe Lambert. Et puis quand on sait ce qu’est devenu Stuart Gordon, nous autres fans devons nous faire un devoir de nous replonger dans ses œuvres d’origine. Pas un chef-d’oeuvre, pas un grand film, pas un monument, mais un film suffisamment sincère pour nous faire plaisir.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 23677 photo 23678 photo 23679 photo 23680 photo 23681 photo 23682 photo 23683 photo 23684 photo 23685
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage