Critique de film

pub

Freddy 7, Freddy sort de la nuit

"New Nightmare"
affiche du film
  • Année de production : 1994
  • Réalisateurs : Wes Craven
  • Scénaristes : Wes Craven
  • Acteurs : Robert Englund, John Saxon, Heather Langenkamp, Miko Hughes, Robert Shaye
  • Musique : J. Peter Robinson
  • Genre : Horreur - Croque-mitaine
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h52
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : Nominé aux Saturn Awards du Meilleur film d'horreur, Meilleure musique et Meilleure performance pour un jeune acteur (Miko Hughes) en 1995 Prix du Meilleur scénario à Fantasporto en 1995 Nominé au prix du Meilleur film à Fantasporto 1995

Depuis quelques temps, Heather Langenkamp reçoit de terrifiants coups de fil anonymes. Son fils Dylan se comporte bizarrement et ne cesse de parler d'un homme qui vient le chercher quand il dort. Pour Heather, Freddy, que tous croyaient mort et enterré, est bel et bien vivant !

pub


Trailer - Freddy 7, Freddy sort de la nuit (1994)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Freddy sort de la nuit - Freddy crève l’écran
Par : Damien Taymans

Hormis le Kenny McCormick de South Park, rarement personnage de fiction ne se sera montré aussi coriace que Freddy Krueger, boogeyman immortel et martyr parmi les martyrs. New Line ménage si bien sa poule aux œufs d’or que les producteurs décident d’offrir au personnage sa sixième résurrection après autant de tentatives de l’enfouir durablement six pieds sous terre. Rachel Talalay venait à peine de le renvoyer ad patres voici trois ans que Bob Shaye décide d’exhumer à nouveau le monstre ganté avec l’aide de son géniteur officiel, Wes Craven, et de sa camarade de jeu favorite, la délicieuse Heather Langenkamp. Roublard, Craven s’appuie sur la mise en abyme pour redorer le mythe qu’il avait enfanté et qui s’est vu, d’épisode en épisode, complètement perverti.

Pour son retour, Krueger interprété par lui-même à en croire le générique, crève littéralement l’écran et s’invite dans le monde réel. Sa proie ? L’indéboulonnable Heather Langenkamp qui a refusé de se confronter sur l’écran au croquemitaine ; ce dernier n’a d’autre recours que de pénétrer la réalité pour hanter sa première conquête (il lui refait d’ailleurs le coup de la langue à travers le téléphone pour consacrer leur union). La Belle et la Bête entrent dans un jeu du chat et de la souris avec pour objet de discorde le petit Dylan dont les terreurs nocturnes sont le terrain de jeu privilégié du croquemitaine.

Au-delà de cette énième course-poursuite entre l’héroïne et sa némésis, Freddy sort de la nuit (sobrement intitulé New nightmare, ce qui évite de promettre une nouvelle fin) séduit par la confusion qu’il entretient entre le monstre et l’interprète (Robert Englund, en plus de camper Krueger nouvelle génération, y joue son propre rôle) ainsi qu’entre le créateur et la créature (Craven/Krueger) et, par extension, entre le mythe et la réalité. Échappant à toute emprise, devenu démiurge immortel et intemporel donc insaisissable, Krueger se réincarne par la grâce d’un scénario imaginé par son géniteur qui définit ligne après ligne tous les détails du cauchemar éveillé d’Heather. Craven fait fonctionner à plein régime le gimmick de l’œuvre maudite modelant dans le réel l’existence de ceux qui la composent (aucun acteur ne peut se départir de la ligne narrative déroulant sur l’ordinateur du scénariste) et maintient son œuvre dans le même déséquilibre ambiant que celui qui nimbait L’antre de la folie (et Cigarette burns, imitation en modèle réduit) de Carpenter, figure de proue en la matière. New nightmare, en s’appuyant sur des éléments véridiques (les coups de fil et lettres de fans se faisant passer pour Krueger), délivre un climat de paranoïa qui dépasse le cadre même de l’œuvre et gangrène le spectateur meurtri par tant de réalisme et de paradoxes ("Où est passé le vrai Robert Englund ?").

Le croquemitaine réalise un retour doublement gagnant qui consacre autant sa résurrection cinématographique (bien que, depuis, son affrontement avec Jason Vorhees et le remake de ses frasques ont de quoi laisser pantois) que son accession au rang de mythe suprême. Craven boucle la boucle : d’un personnage réel aperçu pendant son enfance, il érigeait un monstre voici vingt ans ; désormais sa création se matérialise et devient acteur de sa propre destinée. Le cauchemar n’en est que plus effrayant...


Commentaires sur le film

Freddy ancêtred e Scream ?

4 etoiles

Avec Wes Craven aux commandes c’est tout de même autre chose. Les mises en abîmes sont brillamment orchestrées, la tension est présente sans interruption durant toute la durée. On retrouve les acteurs d’origine et le cinéaste joue bien avec les références aux précédents volets de la saga et on peut décelé des prémices d’idées utilisées dans Scream. http://cinemacinema.skyrock.com

1er octobre 2013 à 11:10 | Par Anarchygor

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 24638 photo 24639 photo 24640 photo 24641 photo 24642 photo 24643 photo 24644 photo 24645
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019
affiche du film
Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
2019
affiche du film
La Malédiction de la Dame blanche
2019
affiche du film
Avengers: Endgame
2019
affiche du film
Dragged Across Concrete
2018
affiche du film
Little Monsters
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage