Critique de film

pub

Furie

"The Fury"
affiche du film

Le père d'un enfant doué de pouvoirs de voyance se met à la recherche de son fils. Celui-ci a été enlevé par une agence de contre-espionnage qui veut utiliser ses aptitudes paranormales à des fins politiques. Il est aidé par une jeune étudiante qui a les mêmes pouvoirs que son fils...

pub


Trailer - Furie (1978)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Furie - Mélange des genres
Par : Chroniqueurs

1977 au Moyen-Orient : Peter, un agent secret américain, et son fils Robin profitent de leurs vacances. La complicité entre les deux, totale, pousse Robin à exprimer sa peur auprès de son père à propos du don qu’il possède : la télékinésie. Soudain, des terroristes, arrivant par la mer, débarquent sur la plage et une sanglante fusillade s’ensuit. Peter réussit à s’enfuir sur un canot, tandis que Childress, collègue et meilleur ami de Peter prend soin de protéger Robin, qui assiste impuissant à l’explosion du canot quelques instants plus tard. Mais Peter ressurgit, et découvre son meilleur ami en pleine conversation avec les terroristes. Fou de rage il tire sur les deux hommes et s’enfuit... Quelques mois ont passé. Chicago, 1978 : Peter est à la recherche de son fils, enlevé par Childress, responsable d’une organisation secrète, qui utilise les dons de télépathie à des fins personnelles et politiques.

Adapté du roman éponyme de John Faris, Furie est l’occasion pour De Palma de nous offrir une œuvre résolument graphique empreinte d’une virtuosité non démentie et d’un suspense efficace. Véritable plaidoyer pour la différence (bien avant X-Men), le film nous plonge dans les méandres du pouvoir de l’esprit. La vision du cinéaste nous rappelle que le don est une chance, mais peut aussi se révéler être une souffrance et une arme redoutable.

On ne badine pas avec l’amour, encore moins avec l’esprit incontrôlable de Robin et Gillian, témoins d’une jeunesse à part mais fragile par définition. Leurs tortionnaires l’apprendront à leurs dépends : la réponse des deux adolescents sera implacable.
Mais le film possède quelques longueurs. On peut reprocher à De Palma d’avoir sans doute voulu trop approfondir certaines explications scénaristiques. De peur d’être trop confus ? Il n’en est rien, l’histoire, simple, se suit sans difficulté et en aucun cas ne peut servir de reproche aux détracteurs qui accuserait le film d’avoir un peu mal vieilli. C’est cette peur de la confusion qui explique ce déséquilibre latent entre le fantastique pur et le thriller, promenant le spectateur d’une manière un peu maladroite, faisant par exemple disparaître Kirk Douglas (thriller) pendant presque une demi heure pour le faire ressurgir subitement, pour se focaliser sur Amy Irving (fantastique) ...

Visuellement, la caméra semble greffée à l’épaule de De Palma, tant nous prenons faits et cause pour toutes les scènes qui se déroulent devant nos yeux. Même si le réalisateur ne nous gratifie pas d’une ouverture en plan séquence ahurissante ni de split screens cette fois, on reconnaît immédiatement la patte du cinéaste par ce sens du cadre particulier, une séquence phare en matière de suspense, et certains de ses gimmicks récurrents, tels l’utilisation régulière du matériel d’espionnage, instrument incontournable de ses ambiances paranoïaques. Quelques scènes d’anthologie parsèment ce film (presque) sans temps mort : la course poursuite en voiture dans les rues de la ville, la séance de télékinésie avec Gillian et le train électrique, le manège de la fête foraine, l’échappée de Gillian ...
Mais l’intelligence du film ne tient pas uniquement à la réalisation : le film s’appuie aussi sur une distribution excellente, des dialogues délicatement ciselés, ainsi qu’une photographie superbe, notamment dans les scènes intérieures. Ajoutez à cela des effets spéciaux extraordinaires pour l’époque signés par l’incontournable Rick Baker, un final époustouflant, devenu instantanément culte, et vous obtiendrez un sanguinolent feu d’artifices.

Même si Furie est une des oeuvres de De Palma qui semble avoir mal franchi les années (au contraire d’un Blow out par exemple), il n’en demeure pas moins un très bon film fantastique mâtiné d’espionnage réalisé avec talent. Ce n’est pas un film majeur du cinéaste, mais il ravira tous ses fans.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 25478
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage