Critique de film

pub

Profanations

"The Gravedancers "
affiche du film

Après la mort d'un proche, trois amis d'enfance se réunissent au cimetière pour lui rendre un dernier hommage. L'alcool coule donc à flot et, au beau milieu de la nuit, les amis se mettent à danser auprès des tombes... En apparence anodin, danser près d'une tombe est considéré comme un manque de respect envers les morts. Les trois amis commencent donc à être hantés par les fantômes des tombes où ils ont dansé!

pub


Trailer - The Gravedancers (2006)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

The gravedancers - Mieux vaut regarder où on met les pieds
Par : Damien Taymans

Pour les connaisseurs en films d’horreur, le nom de Mike Mendez ne dit rien qui vaille. En effet, si le premier film du réalisateur (Serial Killers) a été acclamé et applaudi aussi bien par les spectateurs que par la profession, sa deuxième œuvre (Le Couvent) n’a laissé de trace dans la mémoire de personne. Ainsi, on pouvait s’attendre au pire comme au meilleur pour ce film… et c’est la première solution qui a été choisie.

Bien plus inspiré que pour son précédent métrage, le réalisateur semble avoir retenu les leçons de son cuisant échec et livre ici un film bien ficelé et dont la trame scénaristique se tient de plus ou moins (en tout cas, les causes et les conséquences). De plus, le réalisateur nous offre un spectacle auquel on n’avait plus eu droit depuis longtemps : de vraies apparitions en chair et en os, aux antipodes des ghosts asiatiques, simples flux spectraux.

Le problème, c’est qu’à côté de ces points positifs demeurent de nombreux ratés, indignes d’un réalisateur professionnel. Le concept n’étonne certainement pas par son originalité et Mendez propose des tas de scènes qui défilent à un rythme effréné. Et à trop en voir, on s’y perd, on ne sait plus où donner de la tête. Tantôt acceptant de travailler avec les spécialistes du paranormal, tantôt non. On s’embrasse, on s’aime, on se déteste, on se pardonne, on se déteste à nouveau. Les personnages « dansent » au sein d’une œuvre mal définie, assez chaotique. Certainement enthousiasmé par son film le réalisateur s’en est-il donné à cœur joie pour mettre en image les idées qui lui venaient à l’esprit. Cette manière de procéder peut fonctionner mais il faut alors pourvoir les spectateurs de GPS pour qu’ils ne s’y perdent pas en refaisant des rappels constants ou en s’arrêtant pour fixer certaines choses. Mais le réalisateur semble nous avoir pris pour des éponges qui emmagasinent toutes les informations du premier coup.

Autre zone d’ombre du métrage : la prestation des acteurs. Que ce fut pénible de voir tant d’approximations. Tout semble surjoué, rien ne paraît réaliste (et je l’ai vu en version originale). La palme d’or du plus mauvais acteur est attribuée à Dominic Purcell (Prison Break) qui ne parvient jamais tout à fait à nous convaincre. Quant aux autres, à la mesure du film : médiocres…

Un « petit » film à « petit » budget qui ne laissera qu’une « petite » trace dans votre mémoire !

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019
affiche du film
Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
2019
affiche du film
La Malédiction de la Dame blanche
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage