Critique de film

pub

Hellraiser 3, L'Enfer est sur Terre

"Hellraiser 3: Hell on Earth"
affiche du film
  • Année de production : 1992
  • Réalisateurs : Tony Randel
  • Scénaristes : Clive Barker, Peter Atkins, Tony Randel
  • Acteurs : Doug Bradley, Kevin Bernhardt, Lawrence Mortorff, Terry Farrell
  • Musique : Randy Miller
  • Genre : Horreur – Croque-mitaines
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h37
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : Pegasus Audience Award au Festival international du film fantastique de Bruxelles (1993) Nomination au grand prix du festival d’Avoriaz 1993 Nomination au prix du meilleur film (Fantasporto 1993) Nomination au Saturn Award du meilleur film et du meilleur maquillage (Académie des films de science-fiction, fantastiques et d’horreur des Etats-Unis 1993)

Joanna, une jeune journaliste, assiste à la mort abominable d'un adolescent. Sa seule piste : Terry, la petite amie de la victime, dont elle retrouve la trace dans un night-club. Terry lui révèle que la clé du mystère se trouve dans une mystérieuse boîte...

pub


Trailer - Hellraiser 3, L’Enfer est sur Terre (1992)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Hellraiser 3, l’enfer est sur terre - Pinhead en forme…
Par : Damien Taymans

Fidèle aux précédents épisodes, le film commence en reprenant les éléments des deux premiers épisodes. On retrouve donc notre pauvre Pinhead transformé en statue de pierre (magnifique statue d’ailleurs), dans l’état où le deuxième film nous l’avait laissé…

Hickox réussit là où son prédécesseur avait échoué. Le fameux Tony Randel, réalisateur de la daube qu’était Hellraiser 2, figure à nouveau sur la fiche technique du film mais en tant que scénariste cette fois. A croire que faire deux fois la même erreur n’est pas trop pour lui. Le moins qu’on puisse dire c’est que, pour sa première réalisation, son remplaçant n’a pas chômé et aurait presque réussi à faire oublier la catastrophe de Randel.

En même temps, vous me direz, pouvait-on faire pire ? Euh, franchement, je ne crois pas. Ou alors, y faut vraiment le faire exprès. Ceci dit, si Hickox se substitue parfaitement à Randel, la classe du métrage barkerien n’est jamais atteinte pour autant. L’histoire est très confuse, faisant fonctionner deux histoires en même temps qui se rejoignent maladroitement. D’une part, on suit les pérégrinations de la statue contenant Pinhead et de ce dernier qui réussit tant bien que mal à s’en extirper en se jouant de la naïveté de son possesseur ; d’autre part, on est en proie avec les déboires d’une journaliste qui prend connaissance avec l’histoire dudit Pinhead avant son passage du côté maléfique de la force. La deuxième partie ne sert en réalité qu’à allonger un métrage trop court temporellement et fondamentalement trop lisse : en un mot comme en cent, elle ne sert à rien.

Et, à force de devoir phagocyter ces scènes longuettes et inutiles, on commence doucement à s’ennuyer. On bâille à qui mieux-mieux pour ne se réveiller en sursaut que lors des apparitions du croque-mitaine à tête d’épingle. La partie concernant Pinhead, quant à elle, ne souffre d’aucun défaut : la trame se tient, la chronologie est respectée et le gore surgit souvent. Notons au passage la magnifique scène du night-club correspondant à l’arrivée de notre anti-héros préféré. Enucléations, amputations, éventrations et plein d’autres trucs en tion… Du sang, des boyaux. Ca gicle, ça éclate dans tous les sens.

Car, s’il est un jeu où Hickox a su prouver ses capacités, c’est dans l’utilisation visuelle du film. Une photographie soignée, léchée même, des effets spéciaux torrides en veux-tu en-voilà, une qualité picturale égalant celle d’Hellraiser, le pacte. Mais, comme toujours, en privilégiant la forme, le réalisateur n’arrive pas à éviter les dérives et louvoiements scénaristiques qui desservent le fond du métrage. Grosse déception également que cet épilogue raté, tellement semblable à tout ce qui a été vu jusque là. Vous n’aviez pas d’autre alternative ?

Jouissif pour l’image, quasi inexistant pour le reste, ce film mérite à peine une réussite…


Oeuvres liées :

Hellraiser, le pacte (1987)
Hellraiser 2, les écorchés (1988)
Hellraiser 4 Bloodline (1996)
Hellraiser 5 Inferno (2000)
Hellraiser 6 Hellseeker (2002)
Hellraiser 7 Deader (2004)
Hellraiser 8 Hellworld (2005)

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage