Critique de film

pub

The Hole

"The Hole "
affiche du film

Quatre étudiants d'une prestigieuse université britannique manquent à l'appel depuis 18 jours. Personne ne croit plus les revoir. Mais voilà que réapparaît Liz, une des disparus, couverte de sang et traumatisée par ce qui vient de lui arriver. Aidée par Philippa, une psychologue de la police, Liz tente de rassembler ses souvenirs : elle aurait décidé avec trois autres de ses camarades de se cacher dans un ancien bunker désaffecté pour échapper à un voyage scolaire et y faire la fête. Ils devaient y passer deux jours, mais y sont restés coincés pendant plus de deux semaines. Là, ses amis auraient trouvé la mort dans d'effroyables circonstances. Rapidement, Philippa découvre que la jeune fille mélange réalité et fiction. Où se cache la vérité ? Comment Liz en est-elle sortie vivante ? Tandis que l'on extirpe des cadavres du bunker, le puzzle du cauchemar se reconstitue peu à peu.

pub


Trailer - The hole (2001)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Hole - Thora fait son trou...
Par : Gore Sliclez

Quatre jeunes étudiants d’une école privée anglaise décident de s’enfermer par Martyn, l’intello du campus, dans un ancien bunker connu de lui seul le temps d’un week-end. Après trois jours, Martyn n’est pas au rendez-vous pour leur ouvrir la porte. Commencent l’inquiétude, la peur, la faim, la maladie, la soif et, seule issue à leurs souffrances, la mort ! Seule survivante, Liz raconte alors son calvaire aux policiers…

Plutôt habitué aux comédies nunuches, Nick Hamm se voit pourtant recevoir la possibilité de réaliser l’adaptation du livre « After the hole » de Guy Burt. La scène d’ouverture avec Thora Birch se traînant ensanglantée dans son école et laissant pousser un cri d’horreur au téléphone ne laisse pas de place au doute. Juste avant le revival du film d’horreur sur nos écrans et ses scénarios machiavéliques, The Hole nous plonge dans l’atmosphère glauque et inquiétante d’un édifice abandonné et inconnu de tous. L’angoisse prenant le dessus sur l’insouciance de ces gamins superficiels, suffisamment imbus de leur personne et neuneu au possible que pour se laisser enfermer par un quidam entre plusieurs mètres de béton.

Partant de cette invraisemblance toute relative, Hamm joue de flash-back, d’ellipses et de versions sans cesse modifiées en fonction des déclarations insoutenables et étranges confiées par une Liz de plus en plus suspecte pour le Dr Horwood chargée de dresser son profil psychologique. De là, un film qui oscille entre le thriller et l’horreur sans jamais se définir réellement. Nous sommes aux prises avec le plan diabolique imaginé par la jeune étudiante, particulièrement douée pour mener son monde en bateau à l’instar d’un Edward Norton qui se jouait lui aussi génialement de la justice et de son propre avocat dans Peur Primale de Gregory Hoblit (1996).

Seulement voilà, c’est que nous aurions bien aimé pour cette histoire pourtant initialement palpitante, un côté plus trash, plus engagé. Trompé par une bande-annonce alléchante et trompeuse, le spectateur ressent comme une sensation de trop peu face à cette intrigue policière trop classique que pour séduire l’amateur d’émotions fortes. Du déjà-vu pour une intrigue trop prévisible dont on anticipe vite les déroulements.
Reste quelques scènes d’angoisse plutôt réussies même si, encore une fois, jamais réellement abouties car trop noyées dans une love story niaise et macabre.

La gorgeous Thora Birch y campe une Liz sensuelle au regard inquiétant et terriblement énigmatique qui fait d’elle une « fille à part » depuis American Beauty (1999). Un rôle sur mesure qui reste sans nul doute l’argument majeur du film puisqu’elle représente la clé centrale d’une intrigue décidément bien simple. À ces côtés, deux acteurs qui débutent mais aux parcours différents. Keira Knightley minaude à tout-va, bouge du popotin et interprète une Frankie agaçante de superficialité et d’arrogance. Et puis il y a Desmond Harrington, au physique particulier, bon acteur et pourtant à la carrière qui ne décolle pas vraiment malheureusement depuis Détour Mortel et enfin Daniel Brocklebank au visage d’ange mais au regard angoissant. Des interprétations convaincantes qui s’ajoutent aux regrets de cette production non aboutie.

The Hole est comme un pétard mouillé, prometteur sans jamais nous bluffer, classique sans jamais nous plonger dans une vision jusqu’au-boutiste et sympathique sans jamais nous heurter. Clint Mansell transcendait autrefois un Requiem for a dream grâce à sa musique enivrante mais ne pourra rien malheureusement pour élever ce film-ci. Reste donc un film classique aux idées prometteuse et aux acteurs talentueux qui se laisse regarder avec plaisir et intérêt. Pas sûr que c’était l’ambition initiale…

Commentaires sur le film

Twist again

1 etoiles

La grosse génération du twist qui confère une aura malsaine à de sombres ratés... Affligeant !

19 septembre 2008 à 15:09 | Par jp22

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Hellboy
2019
affiche du film
Five Fingers for Marseilles
2017
affiche du film
The Unthinkable
2018
affiche du film
Deadtectives
2018
affiche du film
Iron Sky 2 : The Coming Race
2019
affiche du film
American Animals
2018
affiche du film
Simetierre
2019
affiche du film
In Fabric
2018
affiche du film
Domestik
2018
affiche du film
Aniara
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage