Critique de film

pub

Hostel

"Hostel"
affiche du film

Adeptes du tourisme sexuel et des vacances de débauche, deux Américains se rendent en Slovaquie pour y faire un maximum de rencontres. Les filles sont effectivement faciles, mais bientôt, le cauchemar commence...

pub


Trailer - Hostel (2005)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Hostel - ’sont cons ces jeunes !
Par : Samuel Tubez

Hostel est-il à la hauteur de sa réputation ? Etant fan de fantastique et d’épouvante, j’aurais aimé dire qu’il s’agit là d’un chouette film, d’un trip bien dérangeant comme il faut contenant une réflexion sur notre société pervertie. Hélas, rien de tout cela n’est présent, ou, du moins, pas comme on pouvait l’espérer.

Trois queutards parcourent l’Europe afin de dénicher les pouliches les plus chaudes pour des parties de jambes en l’air effrénées. Au détour d’une soirée arrosée, les gars récoltent une adresse en Slovaquie où ils pourront trouver les autochtones les plus torrides de la planète. Ni une ni deux, les aventuriers de la braguette rejoignent l’Est et tombent effectivement sur des filles plus que consentantes qui vont les entraîner dans le piège à con ultime. L’horreur peut alors débuter….

Premier problème : avant d’arriver à la partie « saignante » du récit, on a déjà passé la moitié du film, et, jusque là, on s’est bien fait chier, à moins d’aimer les comédies pour ados genre American pie. Deuxième problème : on nous annonce un film complètement horrible et insupportable dont les scènes de torture auraient rendu malade jusqu’à l’évanouissement de précédents spectateurs (sûrement des mémés qui se sont trompées de salle). Bien vu l’argument promotionnel ! Seulement, le fan de gore risque d’être déçu, car, s’il y a bien présence de scènes gratinées dans Hostel, elles se comptent malheureusement sur les doigts d’une seule main. Les culs bénis diront que c’est déjà bien de trop. Moi je dis qu’il y a arnaque. Troisième problème : le réalisateur dit vouloir dénoncer d’une certaine manière le trafic d’êtres humains. Mouais… mais l’idée n’est pas véritablement exploitée et le coup de l’arroseur arrosé ça remonte aux origines du cinéma, quand même ! Du coup, on assiste aux diverses scènes de violence presque insensiblement, sans trop y croire non plus, et, finalement, on se fout complètement qui du tortionnaire ou de la victime va y rester.

Au final, Hostel est donc une énorme déception. Même si le cocktail sexe, drogue et gore est bien là, on aurait désiré plus de consistance. De plus, l’impression de s’être fait arnaquer est bien trop importante pour pardonner quoi que ce soit à ce faux film choc.


Oeuvres liées :

Hostel 2 (2007)


Commentaires sur le film

1 etoiles

daube Daube !

Roth avait une bonne idée de base. Malheureusement, sa partie consacrée au sexe tend à réduire l’efficacité de l’horreur qui suit. Est-ce intentionnel de la part de Roth, mais Hostel semble ouvrir une critique sur l’expansion européenne. On nous dépeint une Slovaquie très dangereuse, comme si l’adhésion récente de la Slovaquie en Europe dérangeait en quelque sorte l’américain en Roth. C’est étrange comment l’arrivée en Allemagne à la fin du film sonne comme un retour au monde civilisé.

22 septembre 2008 à 15:09 | Par Haddonfield

3 etoiles

Si Hostel donne l’impression de tourner autour du pot pendant presque la moitié du film (j’ai cru d’abord assister à une niaiserie de plus pour ados), il a un mérite non négligeable : il situe géographiquement son horreur en Europe de l’ouest, non loin du génocide de 1995 à Srebrenica. Et c’est ce qui fait précisément froid dans le dos. Car on sort du cadre du jeu cinématographique de type Saw. Ce film n’est pas un film gore à proprement parler. Ce n’est pas non plus un film d’horreur. C’est un film rigoureusement pornographique. Et ce qu’il exhibe, à travers le tourisme sexuel sur lequel il s’étend trop, c’est la bestialité humaine préméditée, organisée, et planifiée. C’est la pulsion de mort. La fiction, qui reste très primaire, n’est plus là que pour nous renvoyer à une réalité qui dépasse la fiction.

24 mai 2011 à 19:05 | Par Plug
Erratum

0 etoiles

Oui, il y a une erreur grossière dans ma critique ci-dessus : j’ai écris Europe de l’ouest au lieu d’Europe de l’est.

24 mai 2011 à 20:05 | Par Plug

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage