Critique de film

pub

Hulk

"Hulk"
affiche du film

Le docteur Bruce Banner se retrouve, contre son gré, exposé à une très forte dose de radiations suite à une mauvaise manipulation. Contre toute attente, il sort indemne de cet accident, mais pas sans séquelles pour autant. Effectivement, il se découvre la capacité de se transformer en monstre vert doué d'une force surhumaine : Hulk. Mais Bruce Banner n'a malheureusement aucun contrôle sur "la bête" lorsqu'elle se réveille - réveil provoqué le plus souvent par une forte émotion. Conscient du danger qu'il fait courir aux personnes qui l'entourent, Banner décide de fuir et de se cacher. Il trouvera peut-être un remède à son mal étrange...

pub


Trailer - Hulk (2003)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Hulk - Un ennui d’une esthétique rare
Par : Quentin Meignant

Il a fallu attendre 2003 pour voir l’un des plus grands héros populaires américains, le géant vert qui fit rêver des millions de lecteurs, être adapté au cinéma. Jouissant de moult épisodes télévisuels, Hulk méritait bien un film d’envergure et les studios Universal se décidèrent à en faire le blockbuster de l’été. Afin de mener à bien ce projet aux moyens pharaoniques (137 millions de dollars), les producteurs ont choisi de nommer Ang Lee au poste de réalisateur. Le choix du Taïwanais en surprit plus d’un malgré les récents succès (Salé, sucré, Tigre et dragon) de ce dernier qui ont sans aucun doute charmé les financiers. La consigne principale donnée au cinéaste était de s’approcher au maximum de l’univers du comic book. Ce dernier met en scène Bruce Banner, un jeune scientifique obnubilé par son projet. Un jour, alors qu’il travaille, il est exposé à une forte dose de rayons gammas. Ceux-ci provoquent des changements en Bruce qui possède désormais la capacité de se transformer en créature verte à la force destructrice.

Partant d’un postulat quelque peu différent, où Bruce est déjà marqué d’une empreinte génétique différente à cause des expérimentations de son père, Ang Lee se démarque de suite de l’histoire originale. La mise en avant des relations filiales sera donc la pierre angulaire du film qui s’annonce, dès les premières images du générique, comme une expérience esthétique folle, sortie tout droit du génie du cinéaste. Ce dernier joue avec les tons, les couleurs et les formes afin d’enchanter la pellicule, créant un parallèle entre l’univers cinématographique et la qualité graphique du comic book de Stan Lee et John Kirby. Malheureusement, ces magnifiques moments visuels n’occultent en rien les imprécisions du début. Au lieu de fixer l’action dans l’enfance et l’adolescence de Bruce Banner, Ang Lee procède à de multiples ellipses à peine compréhensibles qui hachent totalement les bases de l’histoire. On retrouve bien vite un héros déjà adulte qui va être confronté à l’accident le transformant en Hulk. Le réalisateur, censé donner une nouvelle impulsion au métrage dès cet instant, ancre au contraire son récit dans les liens père-fils, procédé qui a pour conséquence de faire encore diminuer le rythme d’un cran et,de faire sombrer dans une certaine monotonie les aventures tumultueuses du héros.

Bien entendu, avec un budget aussi énorme, les transformations de Banner en Hulk sont impressionnantes et Ang Lee crée par ce biais un « monstre » d’un esthétisme rare, bien supérieur à celui de L’incroyable Hulk. Après quelques combats réellement magnifiques, l’œuvre retombe hélas dans ses travers en ne proposant qu’histoire d’amour arrosée d’eau de rose et inepties scéniques de premier ordre (l’explosion d’un des hélicos ressemble à un pétard éclatant une micromachine). C’est tant bien que mal qu’Ang Lee parvient à emmener son héros jusqu’à un final où le réal ne peut s’empêcher de sortir les violons.

Totalement à côté de son sujet, ce Hulk version 2003 ne tombe tout de même pas aussi bas que le Hulk cuvée 2008, mais il s’en est fallu d’un cheveu ! Totalement réussi au point de vue graphique, le métrage d’Ang Lee laisse totalement froid à cause d’un ennui de tous les instants et d’un scénario où les longueurs ne se comptent même plus ! Mais à quand un Hulk réussi ?


Oeuvres liées :

L'incroyable Hulk (2008)

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage