Critique de film

pub

I Am a Hero

"I Am a Hero"
affiche du film

Hideo Suzuki, un ancien mangaka paranoïaque dont la petite amie, Tekko, est elle-même mangaka en devenir, essaie de retrouver le succès en présentant un manga de sa production. Grâce à l'argent que peut lui rapporter le manga, il veut acheter une maison pour y vivre avec elle. Cependant il ne remarque pas les prémices d'une épidémie qui transforme les personnes en monstres sanguinaires. Alors que l'infection se répand à travers le Japon, peut-être même le monde entier, Hideo tentera de survivre à l'épidémie et assistera à la destruction de la société japonaise sous la horde d'infectés et des survivants qui ont pour la plupart abandonné eux aussi toute humanité.

pub


Trailer - I Am a Hero (2015)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de I am a Hero - Naissance d’un véritable héros
Par : Quentin Meignant
Tags : BIFFF 2016

Objet d’un véritable culte au Japon et distribué avec élégance sous nos latitudes par l’éditeur Kana, I am a Hero, le manga de Kengo Hanazawa, n’a pas eu le temps de voir ses tomes terminés qu’il faisait déjà les choux gras des producteurs nippons de la Toho. Une transposition au grand écran d’un ensemble aussi simple quant à son sujet que complexe au niveau de la psyché de son personnage principal avait de quoi angoisser les plus fanatiques lecteurs.

C’est pourtant avec brio que Shinsuke Sato, déjà connu pour son adaptation de Gantz, a relevé le défi avec un succès incroyable au rendez-vous tant dans son pays d’origine qu’au gré des festivals dont le point dorgue aura été l’obtention du Corbeau d’Or lors du BIFFF 2016. I am a Hero suit Hideo Suzuki, un simple assistant mangaka sans succès ni caractère à la vie on ne peut plus insipide. Ce véritable loser-vivant ne se rend pas de suite compte qu’il est aux prises avec une invasion zombiesque qui met à mal l’équilibre de la société jusqu’à l’anéantir. Une fois le pied à l’étrier, notre bonhomme n’a plus le choix : devenir un héro et se prémunir d’un destin funeste ou abandonner le peu de dignité qu’il lui reste.

Sur base d’un récit assez long (20 tomes déjà sortis au Japon) et surtout peu rythmé - Kengo Hanazawa a toujours pris le temps de poser ses balises et de développer chaque personnage dans son chef-d’oeuvre original -, Shinsuke Sato parvient sans trop de problème à synthétiser une riche matière en un peu plus de deux heures. Reprenant à leur compte la fabuleuse caractérisation d’Hideo Suzuki, le cinéaste et son scénariste Akiko Nogi réussissent à offrir un personnage principal hors norme aussi attachant que couard.

La genèse du héros sommeillant en lui étant parfaitement réussie - ce qui tenait véritablement de la gageure, les divers éléments plus "festifs" présents dans l’ensemble littéraire ne tardent pas à faire leur apparition, les références aux originalités zombiesques mises en place par Hanazawa étant même respectées. Véritable force de la seconde partie du métrage, les morts-vivants se déclinent de diverses manière faisant osciller l’ensemble entre l’action pure et dure et la gaudriole sanguinolente la plus totale.

A ce titre, le final d’I am a Hero ne peut que laisser pantois par sa qualité et son rythme et devrait à lui seul convaincre les non-initiés de la qualité de l’oeuvre livrée par Shinsuke Sato. Une adaptation cinématographique de cette trempe ne se croise pas tous les jours et il reste à espérer que Toho se prépare rapidement à décliner son produit à volonté.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 54018 photo 54017 photo 54016
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Hellboy
2019
affiche du film
Five Fingers for Marseilles
2017
affiche du film
The Unthinkable
2018
affiche du film
Deadtectives
2018
affiche du film
Iron Sky 2 : The Coming Race
2019
affiche du film
American Animals
2018
affiche du film
Simetierre
2019
affiche du film
In Fabric
2018
affiche du film
Domestik
2018
affiche du film
Aniara
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage