Critique de film

pub

In The Name of Sherlock Holmes

"Sherlock Holmes nevében"
affiche du film

Chaque année durant les grandes vacances, le jeune Watson se fait maltraiter par les voyous du coin. Mais cette fois, un étrange personnage dénommé Holmes va venir à la rescousse et donner une leçon aux brutes susnommées. Watson est encore loin de se douter que le jeune Holmes turbine aux mystères insolvables… Et, justement, des fugues répétées d'enfants semblent l'intriguer.

pub


Trailer - In the name of Sherlock Holmes (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de In the Name of Sherlock Holmes - (Trop) Élémentaire, mon cher Watson !
Par : Quentin Meignant
Tags : BIFFF 2013

Procéder à une relecture enfantine des aventures de Sherlock Holmes n’a rien de nouveau et Le Secret de la Pyramide, sans doute la plus grosse réussite de Barry Levinson, fait office de véritable mètre-étalon dans le domaine. Cinéaste peu prolifique mais bien connu dans son pays, le hongrois Zsolt Bernáth avait donc fort à faire au moment d’aborder son In the Name of Sherlock Holmes, alternative contemporaine aux méga-productions orchestrées par Warner Bros. Pictures et Robert Downey Jr. Cette vision hongroise du personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle débute avec les mésaventures du pauvre Watson, un gamin maladroit qui est la tête de turc de toute la ville. Heureusement pour lui, un autre enfant va venir à la rescousse et donner une leçon aux brutes susnommées. Watson est encore loin de se douter que le jeune Holmes turbine aux mystères insolvables… Et, justement, des fugues répétées d’enfants semblent l’intriguer.

Allier la culture hongroise contemporaine à une œuvre ancienne n’avait rien d’évident au demeurant mais, très vite, le film de Zsolt Bernáth parvient à trouver un équilibre, certes précaire, entre les répliques et vêtements d’un autre temps et la modernité inhérente à son époque. Si l’ensemble s’avère être kitschissime, l’empathie développée au sujet des personnages permet à In the Name of Sherlock Holmes d’exister réellement. L’œuvre, attachante au possible, ne tarde donc pas à dévoiler les quelques ingrédients de son intrigue et le début de l’enquête, menée de main de maître par un Holmes fort bien campé, suit donc son cours sans aucune perturbation.

Se permettant même l’entrée en scène d’un love interest et une étude plus poussée de ses personnages et de leurs relations, Zsolt Bernáth livre donc une première partie plutôt impressionnante malheureusement rapidement oubliée par la suite. Souffrant de quelques longueurs et de la présence de scènes totalement inutiles, le film ne brille plus que par les interventions maladroites de Watson, seul personnage à surnager dans le décevant marasme final.

Kitsch à souhait, In the name of Sherlock Holmes n’est pas un mauvais film à proprement parler mais son réalisateur aurait sans aucun doute gagné à condenser son intrigue et à livrer un ensemble plus rythmé. Au lieu de cela, le métrage souffre instantanément de la comparaison avec Le Secret de la Pyramide alors qu’il aurait pu constituer une alternative « exotique » au personnage créé par Conan Doyle.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 37931 photo 37930
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage