Critique de film

pub

Insanitarium

"Insanitarium"
affiche du film

Jack, un jeune homme dont la sÅ

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Insanitarium - Mens sana in loci insano
Par : Damien Taymans
Tags : Psychologique, Serial killer

Jack est désemparé depuis que sa sœur a été internée dans un asile psychiatrique et que les contacts avec elle sont impossibles. Dès lors, dans une crise de fraternalite aiguë, Jack décide de se taillader le torse afin de témoigner en public de sa folie naissante. Interné dans l’asile de sa soeurette, Jack va tout faire pour l’en sortir…

Insanitarium est le premier long métrage de Jeff Buhler, scénariste du Midnight meat train de Ryuhei Kitamura. Destiné dès sa genèse au marché DTV, le métrage possède une aura singulière qui le distingue des autres productions de sa catégorie, ne serait-ce que par sa texture sanguinaire et sa galerie de personnages caricaturés et catalogués renvoyant aux meilleures oeuvres horrifiques des eighties. L’exposition minimaliste liminaire taille habilement dans le vif, évitant tout louvoiement superflu en plantant en deux coups de cuillères à pot les protagonistes et leurs motivations. Passé l’entrée, les enceintes de la prison psychiatrique deviennent le seul et unique cadre des pérégrinations de Jack qui découvre petit à petit les terribles secrets de cet endroit régi par un être machiavélique (Peter Stormare), savant fou qui injecte une drogue à ses patients pour les transformer en bêtes meurtrières avides de sang.

Sorte de croisement entre Madhouse et Re-Animator, Insanitarium n’invente rien et ne révolutionne aucun précepte horrifique. A vrai dire, Buhler se complaît même plutôt dans la reprise des clichés des métrages qu’il affectionne. Mais son mélange de gags subversifs et d’intrigants seconds rôles (Lisa Arturo en nymphomane complètement cinglée) sur une toile de fond horrifique pour ne pas dire goresque font de ce simple produit une comédie organique qui se distingue des séries B habituelles autant imitatrices que limitatrices.

A côté de son festival gore disséminé avec génie par Matthew Mungle çà et là à grands renforts de démembrements, de cannibalisme, d’amputations et autres joyeusetés sanguinolentes, le film de Buhler excelle par son contre balancement humoristique résidant dans les interactions sociales du mens sana in corpore sano avec la communauté foldingue qui peuple les couloirs immaculés de l’hôpital. Evolution soigneuse vers un final sous forme de carnaval grand-guignolesque qui éclabousse les murs capitonnés du sanatorium avec des seaux d’hémoglobine et des pelletées de tripes, bouleversant par-là même la lignée psychologique de l’ensemble pour devenir un flick outrancièrement jouissif.

Entachée par de nombreuses exagérations scénaristiques, l’œuvre de Buhler se démarque sans mal des DTV concurrents grâce à sa générosité éclaboussante qui, à défaut de rester cohérent de bout en bout, transforme le tout en un joyeux bordel vachement jubilatoire.

Commentaires sur le film

Insanitarium

4 etoiles

Insanitarium m’a agréablement surprise, Peter Stormare joue excellemment bien ! De bonnes scènes gores,une bonne dose d’hémoglobine ,effets spéciaux spectaculaire.......A voir absolument !

19 septembre 2008 à 20:09 | Par Misery

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Thousand Faces of Dunjia
2017
affiche du film
La Femme la plus assassinée du monde
2018
affiche du film
Trench 11
2017
affiche du film
Anon
2018
affiche du film
Flashburn
2017
affiche du film
Avengers 3 : Infinity War
2018
affiche du film
White Chamber
2018
affiche du film
Framed
2017
affiche du film
Human, Space, Time and Human
2018
affiche du film
Tokyo Ghoul
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage